Affaire du club de football de l’As Espoir de Nioro et la course à la présidence de la Femafoot du 29 aout 2019 : Quand le secrétaire général de la fédération malienne de football et le président de la commission de recours se ridiculisent

Décidément le ridicule ne semble plus tuer au Mali et plus particulièrement à certains responsables sportifs maliens tapis au sein de la fédération malienne de football. Parmi eux figurent Ibrahima Sangaré, secrétaire général de la fédération malienne de football et Amadou Alhousseini Touré, président de la commission de recours du comité de normalisation de la fédération malienne de football dans l’affaire de l’AS Espoir de Nioro qui avait été définitivement réglée par la présidente du CONOR lors de l’assemblée générale extraordinaire du 13 juillet 2019.

En effet lors de l’assemblée générale extraordinaire de la fédération malienne de football tenue le 13 juillet 2019, le délégué légitime de l’AS Espoir de Nioro en la personne de Idrissa Haidara et non moins secrétaire général dudit club, a été surpris de voir un certain Woyo Traoré, se présenter comme étant le délégué légitime. Mais ce que tout le monde doit savoir c’est que le nommé Woyo Traoré est membre du comité directeur d’un autre club de Nioro du nom de la Renaissance de Dianwéli. Face à cette situation confuse, la présidente du comité de normalisation a tenu à clarifier cette affaire en présence du représentant de la FIFA, Jacques Anouma. Sommé de présenter des documents pour prouver qu’il est membre du comité directeur de l’As Espoir de Nioro, le marionnette  Woyo Traoré est resté muet et pire il a fini par avouer qu’il a été envoyé par le district et cela après avoir reçu quelques billets de banque dont il refuse de révéler l’origine de ces fonds comme si c’est le district qui a le droit de participation aux assemblées générales de la FEMAFOOT. C’est sans surprise qu’il fut sommé de quitter l’hôtel et de remettre les documents au délégué légitime qui n’est d’autre qu’Idrissa Haidara. Mais c’est que les dirigeants de l’As Espoir et la présidente du Conor ignoraient, c’est que  l’humilié du 13 juillet 2019 en la personne de Woyo Traoré avait saisi la commission de recours avec le soutien de ces manipulateurs tapis à Bamako en attaquant la décision de Mme Daou Fatoumata Guindo .  Ayant été informé de cette plainte de Woyo Traoré pardon de ses soutiens basés à Bamako dont le fameux Sékou Diogo Keita, les dirigeants de Espoir de Nioro ont aussitôt envoyé tous les documents (PV, liste de bureau du club et du district) au secrétaire général de la fédération malienne de football en la personne de Ibrahima Sangaré. Et il revenait à ce dernier de verser tous ces documents à la commission de recours dirigée par Amadou Alhousseini Touré et qui devrait définitivement trancher l’affaire. Malheureusement le PV de la réunion de renouvellement du comité directeur de l’As Espoir ne sera jamais remis à Amadou Alhousseini Touré et ce dernier à son tour n’a jamais demandé ni au secrétaire général de la FEMAFOOT et ni aux responsables du club Niorois.

Ibrahim Sangaré et Amadou Alhousseini Touré au secours de Bavieux Touré

Mais c’était mal connaitre leurs desseins inavoués car il n’est un secret de polichinelle pour personne ces deux personnes n’ont jamais cessé de rouler pour Bavieux Touré, candidat à la présidence de la fédération malienne de football. Si le secrétaire général Sangaré continue toujours de rouler pour Sékou Diogo Keita ; Amadou Alhousseini Touré reste fidèle à Bavieux Touré car tous deux ont un mentor commun à savoir Amadou Diakité, un des soutiens de Mamoutou Touré. Conscients que leurs mentors sont en quête de voix pour combler leur retard sur le grand favori, cette affaire qui se trouve entre leurs mains est une aubaine pour eux pour venir au secours de leur candidat en difficulté. En déclarant que la décision de la présidente du CONOR n’est basée sur aucune valeur juridique, Amadou Alhousseini Touré n’a évoqué aucun article des statuts pour motiver sa décision absurde et incongrue. La preuve si on se réfère à la composition du bureau de tous les comités directeurs de l’As Espoir depuis sa création en 1969, il ne figure nulle part le nom de Woyo Traoré, celui qui prétend parler au nom du club. Aux dernières nouvelles, les dirigeants de l’As Espoir ont décidé de porter l’affaire devant la police. Une plainte pour usurpation de titre, faux et usage de faux contre Woyo Traoré est en cours. Pour ceux qui ne le savent pas As Espoir de Nioro est née de la fusion de l’Avenir et du TP en 1969 et affiliée à la ligue de Kayes sous le numéro Noo3 le 26 juin 1974. Le club est actuellement dirigé par Cheickné Garry et non Woyo Traoré qui prétend être le président du club alors qu’il est membre du comité directeur de la Renaissance de Dianwéli. La question qui se pose c’est de savoir depuis quand la commission de recours a le droit de désigner les délégués des clubs, des ligues et des associations pour participer aux assemblées générales de la FEMAFOOT. Amadou Alhousseini Touré peut-il désigner Yéli Sissoko comme délégué du Stade malien de Bamako ?  Peut-il désigner Mamoutou Touré dit Bavieux comme délégué du Djoliba AC ? C’est ce qui semble indiquer la décision de la commission de recours de donner raison à Woyo Traoré qui n’est pas membre du comité directeur de l’As Espoir de Nioro.

Sadou Bocoum

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here