Mali-Afrique: Aliou Boubacar Diallo dans le célèbre journal tabloïd Financial Times: Ce dont l’Afrique a le plus besoin: bonne gouvernance et élections transparentes.

L’entrepreneur malien et Président d’Honneur de la coalition politique ADP-Mali, livre ses vérités dans le célèbre journal américain Financial Times. Il pose son regard franc et futuriste en décryptant les codes de la géopolitique politique et économique africaine. Confidentiel Afrique a consulté Financial Times pour ses 13 millions de lecteurs. Infographie

Le déclin de la qualité de la participation politique et de l’état de droit dans les élections africaines est parfois décrit comme étant défectueux. Des élections libre et équitable sont le seul fondement de la démocratie et la seule base d’une bonne gouvernance

En Afrique, comme dans toutes les régions ,il n’y pas de variable plus critique que la gouvernance. La nature de la gouvernance determine les services qu’ils reçoivent.

La gouvernance façonne les interactions sociales, garantit la paix et le potentiel du développement économique. La gouvernance peut influer sur la culture politique, les structures institutionnelles et les normes d’un pays.

La gouvernance détermine si l’exercice de l’autorité est considéré comme légitime ou non.La gouvernance et la démocratie se renforcent mutuellement. Et la relation entre démocratie et développement africain est profonde.

C’est la raison pour laquelle le problème le plus important auquel le continent africain est confronté aujourd’hui est la tenue d’élections libres et régulières. On dit souvent que, chaque année, plus d’élections se déroulent en Afrique qu’en Europe, et à grands frais.Les élections en Afrique coûtent plus cher que partout ailleurs dans le monde.

L’épineuse équation de la consolidation démocratique

Mais les dividendes ont été lents à venir. Bien que les élections soient désormais un élément assez courant de la politique africaine, elles n’ont pas abouti à une consolidation démocratique, ni au développement. C’est tragique. Les 54 pays africains représentent près de 25% des membres des Nations Unies.

Le continent africain compte également le plus grand nombre d’États enclavés de toutes les régions. Ces deux facteurs ont une incidence considérable sur l’environnement politique dans lequel les dirigeants africains font des choix, raison pour laquelle, l’élection transparente de bons dirigeants est important pour la gouvernance nationale et régionale.

Considérez le Mali, mon pays. Il a des problèmes géopolitiques multidimensionnels. Sa situation géographique en fait un pays d’origine et de transit pour les migrants clandestins, ainsi qu’une plaque tournante pour tout type de trafic illicite, en particulier de personnes et de drogue. Certains des terroristes les plus recherchés au monde ont fait du Mali leur refuge.

Le Nord Mali: Un rapport accablant des Nations Unies au Sahel

Il y a quelques années, une mission des Nations Unies au Sahel a déclaré que le nord du Mali était devenu le dangereux carrefour de la drogue, des crimes et du terrorisme. Cette situation ne s’est guère améliorée depuis les commentaires désobligeants. La violence sectaire est omniprésente et les groupes armés se multiplient, avec toutes les implications qui en découlent pour la stabilité régionale. En réalité, l’insécurité a envahi les frontières du Mali et déstabilise les pays voisins, le Niger et le Burkina Fasso.

Le seul accord de paix qui pourrait entraîner un changement significatif prendra du temps. La situation sécuritaire dans le nord et le centre du Mali est dangereusement compliquée par l’absence d’administration. Cela amène le peuple malien à avoir moins confiance qu’il ne l’aurait dû dans le système et leurs dirigeants, qui sont eux-mêmes projetés par des élections bâclées.

La conséquence des événements malheureux du premier tour a été une participation modeste au second tour – un tiers seulement des électeurs éligibles.Les accusations de bourrage de bulletins de vote et de modifications des listes électorales ont tout simplement été écartées comme venant de grands perdants, même si la mission d’observation de l’union européenne et d’autres observateurs locaux et internationaux ont également déclaré qu’il y avait des irrégularités.Si le peuple malien avait eu le choix d’un véritable libre choix, le président aurait le soutien populaire et politique nécessaire pour prendre les mesures audacieuses nécessaires pour éloigner le Mali de l’abîme. Ce n’est clairement pas le cas.

Ce qui est clair, c’est que la transparence et l’équité des élections au Mali et ailleurs sur le continent ne peuvent plus être considérées comme une simple affaire de politique intérieure. Sur le continent africain, les processus électoraux suscitent toujours des inquiétudes.

L’élection malienne, un exemple malheureux d’enthousiasme décroissant

Ne vous y trompez pas, les électeurs réagissent lorsque les urnes sont perçues moins comme un moyen d’apporter un changement réel et positif que comme un moyen d’enraciner le statut quo, même discrédité. En réalité, l’élection malienne est un exemple malheureux d’enthousiasme décroissant. pour la démocratie représentative. Le taux de participation n’atteint jamais 50%.

Comment peut-il en être autrement lorsque les élections sont ternies de manière discutable par la manière maladroite dont elles sont dirigées- l’opposition est marginalisée, les bureaux de vote ouverts tard, les urnes disparaissent vides et réapparaissent bourrées, et les responsables électoraux ne sont pas préparés? Sans surprise, l’observateur international ne cesse de citer « un sérieux reportage opérationnel ».

Chaque fois qu’une élection en Afrique tombe au-dessous de la norme requise, la communauté internationale hoche la tête et avance. Cela nourrit la notion selon laquelle la démocratie en Afrique devrait être acceptée comme ayant des normes nettement différentes de celles du reste du monde.

Ce n’est pas nécessairement le cas. Le récit doit changer et il incombe à nous Africains, de le faire. Nous devons reconnaître que les élections ne sont pas aussi valables que le niveau de participation politique, de liberté et de justice. Un débat politique solide, qui nous permet d’exprimer des points de vue différents, même sur des sujets profondément contestés, tels que le développement durable, la justice et la sécurité.

Nous devons célébrer nos différences. Il est préférable que les différences s’expriment dans l’arène politique et qu’elles permettent de mener un débat pacifique, ainsi que le choix fait en toute confidentialité des votes.

La recette de l’inclusion sincère

Seule une inclusion sincère peut empêcher la marginalisation, ce qui peut conduire les pauvres et les désespérés à un niveau de désespoir dangereux. Malgré l’identification féroce de ce qui ne va pas avec notre élection, nous devons mettre en place des correctifs judicieux.

Analyse des empreintes digitales

L’an dernier, par exemple, j’ai proposé l’analyse des empreintes digitales des suffrages exprimés lors de l’élection présidentielle malienne afin de régler le problème des votes frauduleux et du bourrage d’urnes. En fait, de nombreux acteurs locaux ont présenté de très bonnes propositions pour la transparence et l’équité des élections au Mali.

La communauté internationale a un rôle à jouer dans la tenue d’élections transparentes au Mali et dans d’autres pays africains.Il ne faut pas tolérer la fraude et la falsification, ce que les Africains sont intrinsèquement enclins à faire.Il devrait accorder plus d’attention aux propositions concrètes de l’acteur politique qui jouissent d’une crédibilité locale (au Mali et ailleurs)

La reine-bataille du développement durable

Cela renforcera non seulement la confiance des citoyens dans leur système politique, mais aussi la crédibilité des élections. Seul l’acte le plus sacré et le plus sacré de l’expression de soi, exprimant un vote, deviendra la base stable de notre démocratie. Nous pouvons alors nous consacrer à la seule bataille que l’Afrique n’a pas encore gagnée: celle du développement durable.

La bonne gouvernance est ce qu’il faudrait pour que l’Afrique atteigne sa prochaine étape de développement. Mais, il n’y a aucun moyen d’y parvenir si nous n’avons pas d’élections libres, équitables et transparentes.

Confidentiel-Afrique

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here