Mauvaise gouvernance: le réveil brutal des Maliens

Depuis quelque temps la rue est en train d’imprimer sa marque au Mali mettant au pas les autorités nationales qui excellent dans les fausses promesses. Ainsi, le 5 avril 2019 a eu lieu au Mali, la révolte des jeunes de Kayes et Kati ; les 30 et 31 août dernier, c’était l’improvisation d’un voyage du PM et du ministre en charge des Transports et des infrastructures à Kayes et le démarrage de la réhabilitation de la route Kati-Didiéni-Diéma. Inspirées par ces succès, Tombouctou et Gao se soulèvent pour les mêmes objectifs de réparation des routes. Jusqu’où iront ces mouvements de contestation ?

Décidément, au Mali, rien ne sera plus comme avant. C’est du moins, ce qu’on peut lire dans la détermination des jeunes du Mali de divers horizons qui se montrent prêts à dénoncer les dérives pouvoiristes des ‘’dirigeants corrompus’’. Et aujourd’hui, les sujets ne manquent pas. En plus de l’indifférence des autorités face au niveau de dégradation inqualifiable de nombreux axes routiers, la corruption est un autre sujet qui fâche. En effet, plusieurs affaires de détournement ou de soupçons de détournements de deniers publics ont été mises au-devant de l’actualité, ces dernières semaines, notamment celles des hélicoptères cloués au sol, de l’achat des équipements militaires…
Il faut dire que les dirigeants maliens, hier comme aujourd’hui, se sont beaucoup joué des populations à tous les niveaux. Après la panique généralisée qui a secoué la Primature récemment, sous la pression des Kayesiens et des Katois, la Cité des 333 Saints, ce 2 septembre, a vu des jeunes au sein d’un collectif dénommé ‘’Tombouctou réclame ses droits’’ mouvemente la ville. Selon des sources locales, plusieurs tentatives de sabotage ont été initiées par le préfet, en complicité avec le maire, pour faire annuler ou interdire un meeting. Ces autorités régionales et communales, avec à leur solde d’autres jeunes qui n’ont pas compris la cause (route pour Tombouctou), se sont opposées à ce rassemblement pacifique de citoyens.
Selon des sources sur place, des affrontements ont éclaté entre jeunes et forces de l’ordre. Des gaz lacrymogènes, rapportent des témoins, ont été lancés, mais les jeunes ont tenu tête.
On retient de cette mobilisation que le gouverneur, selon un des organisateurs, a été contraint de trouver refuge chez l’imam de la mosquée de Sankoré. Était-ce une séquestration ? Pas du tout, explique un manifestant. « Il a fait arrêter trois de nos responsables et nous l’avons obligé à les faire libérer. Ce qui fut fait », explique un jeune déterminé. Ces représentants de l’État, souvent sans méthode et sans langage appropriés, ne jouissent d’aucune considération auprès de ces manifestants qui, les mains nues, n’hésitent pas de les qualifier vertement de traîtres. Il nous revient que les jeunes de Tombouctou sont de cœur avec leurs frères sortis pour une cause collective.
Le risque de ces genres de réveils brutaux des populations pour des revendications est qu’il expose généralement les représentants de l’État qui sont les derniers remparts.
Le 22 juin dernier, face à la presse, le secrétaire général du Syndicat national des administrateurs civils (SNAC), M. Christian DIARRA donnait l’alerte face à la nouvelle forme d’insécurité qui montait en puissance, cette fois-ci contre les représentants de l’État. « Après la grande insécurité avec armes de guerre, les représentants de l’État sont de plus en plus exposés à la nuisance du développement du communautarisme », disait Ousmane Christian DIARRA. « Au moindre mécontentement contre l’État ou tout autre service, les foules furieuses prennent en cibles les représentants de l’État », avait-il précisé avant de solliciter le renforcement de la sécurité des administrateurs civils, à domicile, ainsi que sur leur lieu de travail. C’est ainsi que le gouverneur de Tombouctou l’a appris à ses dépens face aux mécontents de la Cité des 333 Saints.
« Le gouverneur a été obligé d’écouter les jeunes en face pour la lecture de leur déclaration », rapporte une source locale. Dans leurs revendications, ils exigent : que le Premier ministre Boubou Cissé leur dise la date (jour, mois et année de la construction de la route). Ils demandent également à Boubou Cissé d’infirmer les propos qui lui sont attribués ou le cas échéant, présenter ses excuses aux populations de Tombouctou. Aussi, dans leur déclaration signée de leur président Ibrahim Adiawiakoye (IB 124), le collectif lance un ultimatum de72 heures.
Par Sidi DAO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here