Démocratie et citoyenneté active : Le diagnostic de l’AJCAD

L’hôtel Radisson a servi de cadre au Forum national sur la démocratie et la citoyenneté active au Mali. En présence d’Aboubacar Diabaté, Coordinateur du forum et représentant du Centre d’Etude et de réflexion, Sory Ibrahim Traoré, Directeur de cabinet du ministère des Réformes institutionnelles, et la directrice exécutif de l’AJCAD Mali… C’était du 05 au 06 septembre dernier.

Selon le coordinateur, la constitution du 25 février 1992 consacre la démocratie pluraliste au Mali. Ce système politique est le fruit de l’insurrection populaire du 26 mars 1991, soutenue par les militaires, qui a mis fin au régime du parti unique et permis au Mali de tourner la 2ème page de son histoire. Un Comité de Transition pour le Salut Public (CTSP) a dirigé le pays jusqu’à l’élection du premier Président démocratiquement élu en 1992. La pratique démocratique a donné des résultats diversement interprétés dont l’instauration du multipartisme intégral ; l’institutionnalisation des libertés fondamentales ; le libéralisme économique ; la liberté syndicale ; la décentralisation et enfin les élections libres. Selon le rapport 2018 de l’Economiste Intelligence Unit (EIU) sur la démocratie dans le monde, le Mali est le 14ème pays en Afrique et 91ème au rang mondial en matière de démocratie. En effet, après un quart de siècle depuis son instauration, la démocratie pluraliste est confrontée à plusieurs défis majeurs qui fragilisent les institutions et atténuent considérablement son fonctionnement. A savoir: la détérioration et la dégradation du tissu social ; la perte de certaines valeurs morales et sociales ; l’exacerbation des inégalités sociales et l’accentuation de la Précarité de la vie; l’incertitude de l’avenir; l’insuffisance de débats, de cadre de réflexion et de proposition de sortie de crise récurrente ; la perte de confiance dans les institutions de la République ; l’insuffisance de véritables plans de développement pour le bien-être de la population, etc. Les récentes élections au Mali ont fait l’objet de contestation des partis politiques de l’opposition qui ont rejeté les résultats. Le taux de participation était relativement faible par rapport aux élections présidentielles de 2013 (34,54% contre 48,98% en 2013). Les élections législatives initialement prévues courant 2018 ont été reportées avec une prorogation du mandat des députés. En plus de ces défis politiques et institutionnels, nous constatons une faible participation des citoyens à la vie publique, notamment les jeunes et les femmes. Selon l’Etude statistique du Centre National de Documentation et d’Information sur la Femme et l’Enfant (CNDIFE), publié en 2015, plus de 65% de la population du Pays a moins de 35 ans ; ils constituent une masse électorale importante. Cependant, le taux d’inscription sur les listes électorales pour les moins de 24 ans est de 27%, alors que pour les 24 ans et plus il est de 96%. Pour donner à la démocratie toute sa chance, il est important d’impliquer ces couches comme acteurs clés du processus électoral et de la consolidation de la démocratie. Quant aux acteurs démocratiques que sont entre autres les partis politiques, la société civile, les médias et les institutions nationales et supra nationales, il est constaté d’innombrables insuffisances par rapport à leur implication responsable dans la consolidation de la démocratie. En outre, la transhumance politique est l’un des défis majeurs auxquels les partis politiques sont confrontés. Elle traduit un manque de conviction et d’idéologie de ces citoyens et crée de ce fait les conditions d’un marchandage permanent de leurs voix. Si la société civile malienne a ( tout de même) pu se diversifier de l’avènement de la démocratie pluraliste à nos jours et les organisations se sont structurées selon les centres d’intérêts et les objectifs associatifs ; en revanche, le manque d’alternance, la récupération politique et la mauvaise compréhension des rôles de la société civile influent sur la participation efficace de ces acteurs sur la scène politique. En plus des médias traditionnels (radios, télés, presse écrite), on peut constater l’avènement des réseaux sociaux (Facebook, Twitter …) comme de nouveaux espaces d’information et d’interpellation pour les citoyens. Les débats démocratiques publics doivent intéresser à ce nouveau moyen de communication utilisé par plus de deux millions de Maliens. Malheureusement, force est de constater que ces réseaux sociaux sont aussi devenus des canaux de diffusion de massages de haine, d’incitation à la violence et de diffusion d’intox (fake news) qui ont un impact négatif sur la démocratie. Cependant, il est important de redorer les basons de cette démocratie en respectant ses valeurs et principes sacrosaints qui sont l’égalité et la liberté, la protection des droits humains, la participation politique et publique des citoyens au niveau national et local.

Lamine Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here