Lutte contre l’enrichissement illicite : L’Oclei et l’ambassade canadienne renforcent leur partenariat

L’hôtel Maeva a servi de cadre à la tenue d’un atelier de diagnostic participatif et l’appui de l’Ambassade des Pays-Bas à l’OCLEI. La cérémonie d’ouverture était présidée par Mme Bagayogo Fanta Camara, Directrice par intérim. C’était le mercredi 04 septembre 2019.

La Directrice par intérim dira que le Mali s’est engagé dans la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite et œuvre pour le respect des engagements internationaux, notamment la convention des Nations Unies contre la corruption.

C’est dans cette dynamique qu’il a mis en place un arsenal juridique, à savoir un document de politique nationale de transparence, une loi partant prévention et répression de l’enrichissement illicite et ses textes subséquents. Pour compléter le dispositif institutionnel, le Mali a adopté la loi n°2014-015 du 27 mai 2014 portant création de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite sous la forme d’une autorité administrative indépendante, dotée de l’autonomie de gestion. L’Oclei a pour mission de « mettre en œuvre l’ensemble des mesures de prévention, de contrôle et de lutte envisagées au plan national, sous-régional et international contre l’enrichissement illicite ». Pour le démarrage de son mandat, l’OCLEI a exprimé des besoins que l’Ambassade des Pays-Bas a accepté de financer en vue de l’accompagnement dans ce gigantesque combat qui participe de la lutte contre la pauvreté. Une première phase de cet appui a été exécutée sous forme d’un Fonds d’urgence flexible juillet 2017-septembre 2019 pour que cet accompagnement soit conséquent et cohérent avec sa stratégie de gestion axée sur les résultats, l’Ambassade des Pays-Bas a décidé de financer une mission de consultation pour la réalisation d’un programme d’appui à l’OCLEI pour une durée de 04 ans (2020-2023). L’objectif de cette mission est d’élaborer un programme d’appui à l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite afin de le rendre opérationnel et efficace. Le mandat du consultant est de proposer un programme d’appui visant le renforcement organisationnel de l’Office qui s’appuie sur la théorie du changement. La Directrice par intérim dira aussi que cet atelier, qui entre dans le cadre du Diagnostic participatif du programme d’appui de l’Ambassade des Pays-Bas à l’OCLEI, vise les objectifs suivants : préciser la perspective d’acteur à retenir (dans le cadre de l’appui à l’OCLEI, probablement, la perspective organisation ; définir le changement ultime (changement auquel les acteurs aimeraient contribuer) ; identifier les différents changements qui doivent se produire au préalable pour conduire au changement ultime-identification les facteurs externes (acteurs et forces) susceptibles d’influencer sur ces changements et conditions préalables ; expliquer les hypothèses qui sous-tendent l’ensemble du raisonnement et expliquer pourquoi et comment chaque changement attendu devrait contribuer au changement ultime ; identifier les changements et ou facteurs externes sur lesquels les acteurs de l’intervention estiment pouvoir influencer et identification des stratégies d’intervention ; identifier les hypothèses complémentaires pour prendre en compte les stratégies d’interventions ; définir les indicateurs de changement ou des questions évaluatives.

Lamine Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here