Les dirigeants africains sont d’accord sur un plan anti-djihadiste d’un milliard de dollars

Les dirigeants ouest-africains ont annoncé samedi un plan d'un milliard de dollars pour lutter contre le problème croissant de la violence djihadiste dans la région, lors d'un sommet au Burkina Faso.

Le plan, qui devrait être financé entre 2020 et 2024, a été annoncé à la fin du Sommet de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest à Ouagadougou, où la Mauritanie et le Tchad ont rejoint les pays de la CEDEAO.

La CEDEAO a décidé de mobiliser "les ressources financières d'un milliard de dollars pour la lutte contre le terrorisme", a déclaré le président du Niger, Mahamadou Issoufou.

L'argent versé dans un fonds commun contribuerait à renforcer les opérations militaires des pays concernés - et celles des opérations militaires conjointes dans la région.

Les détails complets du plan seraient présentés au prochain sommet de la CEDEAO en décembre.

La lutte contre la montée de la violence djihadiste dans la région a jusqu'à présent été entravée par un manque de fonds.

Le G5 Sahel, un groupe de travail commun, a été créé en 2014 pour tenter de résoudre le problème, avec le soutien de l'ancienne puissance coloniale française.

À partir de juillet 2017, il a rassemblé des troupes du Burkina Faso, du Tchad, du Mali, de la Mauritanie et du Niger pour tenter de repousser les groupes djihadistes.

Mais le manque de financement, de formation et d’équipement a limité leur efficacité et leur nombre. Pour le moment, la force compte 4 000 hommes, alors que 5 000 étaient initialement prévus.

La CEDEAO - la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest - rassemble 15 pays dont les économies vont du poids lourd régional, le Nigéria et la Côte d'Ivoire, au Liberia et à la Sierra Leone, qui sont appauvris.

Pays enclavés, le Burkina Faso, le Mali et le Niger sont des États non côtiers.

© 2019 AFP

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here