Mali / Sans Tabou : dénonciation anonyme, qui est le Nafigui ?

El Hadj Bakari Togola, président de l’Assemblée permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM), « grand ami » et « principal artisan » de la réélection du président IBK et conseiller stratégique du gouvernement pour parvenir l’apaisement politique, à travers la corruption alimentaire, est depuis, 13 septembre 2019, pensionnaire du « Lycée Technique de Bamako-Coura », pour ceux qui ne le savent pas : prison centrale de Bamako.

Bakary Togola a été interpelé sur dénonciation anonyme dans le cadre d’une opaque affaire de ristournes destinées aux producteurs de coton. Selon les explications du Procureur, c’est donc grâce à ce « dénonciateur anonyme », que les investigations ont permis de découvrir que de 2013 à 2019, la Compagnie Malienne de Développement de Textile (CMDT) a octroyé 13,431milliards FCFA à la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton (C-SCPC) sur lesquels Bakary Togola n’a pas pu justifier 9,462 milliards FCFA.
Mais le vrai crime de Bakary Togola, ce n’est pas d’avoir prôné publiquement de corrompre les opposants pour les faire taire. Ni même d’avoir volé (et ce qui n’a jamais été volé). Mais simplement d’avoir été dénoncé au mauvais moment par la mauvaise personne.
Très officiellement, mais très curieusement, le Procureur du Tribunal de la Commune 3 chargé du Pôle économique et financier de Bamako, Mamadou Kassogué, qui a animé un point, ce samedi ne dit pas autre chose que ça : il a été arrêté sur dénonciation anonyme !
Le pays de Boua est-il devenu subitement le pays des « animaux malades de la peste », ou pire que celui des puissants gangrénés par la corruption et l’injustice ?
Thémis dans sa singulière impartialité veut-elle donner acte à de la Fontaine quant aux jugements des cours et tribunaux sous les tropiques ? Sinon, combien de dénonciations ont-elles été enregistrées avant et dont les dossiers dorment encore dans les placards de la justice ? Le plus cocasse, c’est que toutes sont loin d’être couvertes par la commande exhumée pour mettre le Paysan au Ngouff ! Y a-t-il plus crédible dénonciateur que la Justice elle-même pour ouvrir et instruire un procès contre les faits de corruption ?
Cette affaire de dénonciation qui vaut à Bakary Togola aujourd’hui la prison ne peut ne pas rappeler celle du lundi 24 Septembre 2018. Ce jour-là, réagissant contre ce qu’ils estiment une injustice, Comités Exécutifs du Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM) et du Syndical Libre de la Magistrature (SYLMA) rappelaient à juste titre « que ceux qui prônent l’exemplarité doivent être les premiers à l’abri de tout reproche ».

Soutenus par l’opinion nationale, les juges avaient dénoncé et exigé, dans un communiqué conjoint, « est intervenue en violation des règles élémentaires applicables en la matière ». En juges, sachant ce qu’ils avancent, ils ont ajouté « que cette importante somme d’argent a été détournée au profit d’une seule entreprise de la place et dans des conditions scabreuses ».
Vraie fausse dénonciation ? Non, la justice ne peut être aveugle dans le chantage syndical. Parce qu’elle est aveugle pour rendre son office et sait les retombées judiciaires d’une dénonciation calomnieuse. À moins d’établir et de faire prospérer au Mali désormais en matière de dénonciation la sentence de Jean de la Fontaine : selon que vous soyez lettré ou illettré, intello ou paysan inculte, vous serez poursuivis ou non.

L’affaire n’est pas aussi sans rappeler celle plus amusante du « Sage du Mandé ». Pour bloquer l’ascension fulgurante du MPR qui en ces temps-là ratissaient large, la police politique du régime de Alpha Oumar Konaré, dirigée à cette époque de main de fer par une âme damnée, avait sans scrupules inventé un complot maladroit à mettre sur le dos d’un de ses leaders. Le vieux septuagénaire Mady Diallo a été ignominieusement accusé de tentative de déstabilisation du régime. La moutarde ne prend pas. Pour se justifier, le gouvernement annonce avoir été informé par le « sage du Mandé » en personne. Mais voilà, personne ne s’appelle « sage du Mandé ». Le Mandé, qui regorge de plusieurs sages, proteste…
L’affaire tourne aux vinettes ! C’est peut-être Ivan le Sage du Mandé, se mit à moquer Choguel Maiga, président du MPR. À ce jour, personne n’a pu connaître l’identité de ce Sage délateur ! En sera-t-il de même pour le puissant « dénonciateur anonyme » ? Dénonciateur anonyme qui a pu avoir l’écoute du procureur qui dit être en phase avec le ministre ; ministre qui lui a assuré du soutien des plus hautes autorités ?
Rassurez-vous : nul acharnement, nulle chasse aux sorcières. Simple justice. Et « la justice est aveugle » !

PAR CHRISTELLE KONE

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here