Maman Sidikou, secrétaire permanent du groupe G5 Sahel : « Kidal est devenue « une base arrière évidente des terroristes »

Bamako, 19 septembre (UrduPoint / Pakistan Point News - 19 septembre 2019): Alors que les dirigeants ouest-africains tentent de trouver des moyens d'arrêter la violence des militants dans la région du Sahel, l'attention se porte sur une ville tenue par les rebelles dans le nord du Mali , accusée de être une base pour les militants pour lancer des attaques.

Kidal, avant-poste du désert où les températures estivales dépassent régulièrement les 40 degrés (104 degrés Fahrenheit), est principalement dirigée par les séparatistes touareg depuis la rébellion de 2012.

La faible présence de l'État dans le nord du Mali a permis à des groupes militants, y compris une branche locale du groupe des États islamiques, de prendre pied dans ce vaste domaine aride.

Avec le Niger à l'est et l' Algérie au nord, la région est également devenue une plaque tournante pour la contrebande de personnes et d'armes, des affrontements aux frontières faisant régulièrement des victimes.

En signe de frustration, le président nigérian Mahamadou Issoufou a publiquement critiqué la situation plus tôt ce mois-ci.

Debout aux côtés de son homologue malien Ibrahim Boubacar Keita, au palais présidentiel de Koulouba, il a déclaré: "le statut de Kidal est une menace".

La stabilité au Sahel, at-il averti, est en danger.

Pour le gouvernement malien , dont les tentatives pour ramener Kidal dans le giron n’ont pas bien abouti, il s’agit d’un enjeu majeur en matière de sécurité et de diplomatie.

Le pays est dans la tourmente depuis que des rebelles dirigés par les Touaregs et des militants radicaux ont pris le contrôle du nord en 2012.

Les rebelles ont signé un traité de paix en 2015 mais sont restés opposés au transfert du contrôle total au gouvernement .

Malgré la présence d'une base militaire française et de forces onusiennes à proximité , les Touaregs et d'autres groupes se sont attachés à leur autonomie.

Les projets d'un comité de surveillance, chargé de superviser le traité de paix de 2015 , d'organiser une réunion symbolique à Kidal cette semaine ont été reportés - un signe d'inquiétude pour la ville.

Kidal est devenue "une base arrière évidente et une rampe de lancement pour plusieurs opérations terroristes ", a déclaré Maman Sidikou, secrétaire permanent du groupe G5 Sahel, ce mois-ci.

Le G5 Sahel est un groupe de travail conjoint composé de cinq pays, créé en 2014 pour tenter de lutter contre la violence des militants dans la région, soutenu par l'ancienne puissance coloniale française .

Il a mis en commun les troupes du Burkina Faso , Tchad , Mali , Mauritanie et Niger dans le but de repousser les militants des groupes.

Mais le manque de financement, de formation et d’équipement a limité l’efficacité du groupe.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here