Organisation mondiale du tourisme : la colère de Abdoul Karim Sango en Russie

La 23e session de l’Assemblée générale de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) et la 62e réunion de la Commission pour l‘Afrique de l’OMT (CAF/OMT) se sont tenue du 9 au 13 septembre derniers à St Petersbourg en Russie.

Une délégation du Burkina Faso conduite par le ministre Abdoul Karim Sango, a participé à ces rencontres. Visiblement, le ministre de la Culture burkinabè n’était pas content du déroulement de ces activités. Lisez plutôt cet extrait de son discours à cette tribune :

« Primo, il s’agit de l’annulation de la présente réunion prévue pour se tenir au Mali. Loin des formules diplomatiques, je voudrais indiquer ici qu’il s’agit d’un précédent fâcheux. Il faut arrêter de tenir des discours qui font croire que les gens ne vivent plus dans nos pays. L’Afrique n’est pas plus en insécurité que les autres parties du monde. Si nous sommes une communauté au sens de la Charte des Nations unies, c’est dans les moments difficiles que nous devons nous retrouver dans nos Etats. Les cultures africaines nous enseignent que l’amitié et la fraternité doivent se manifester dans les temps difficiles. Ça me dérange, en ma qualité de ministre africain, que nous venions discuter des problèmes spécifiques du continent à l’étranger, même si je remercie la Fédération de Russie pour son hospitalité. Le peuple malien et son gouvernement auraient été très heureux d’accueillir cette réunion de la CAF/OMT en nous faisant profiter du djatiguia. Cela aurait constitué un bel acte de solidarité entre Etats africains. Secundo, il me semble que nous devions développer davantage le tourisme interne. Les statistiques mondiales (67 millions sur plus d’1 milliard) en termes de touristes visiteurs, ne sont pas favorables au continent africain. Alors, si les autres ne viennent pas chez nous, allons chez nous! Si nous voyageons en intra-africains, on fera déjà améliorer les statistiques au profit de nos économies. Hélas ! Nous, Africains, avons encore le regard trop tourné vers l’Occident. Il faut changer radicalement cette perspective. Le gouvernement du Burkina Faso est résolument engagé à promouvoir le tourisme interne et nous espérons un accompagnement technique de l‘OMT. Tertio, j’entends parler de recherche de financement pour le secteur. Cela est très bien. Toutefois, les investissements doivent être prioritairement recherchés en Afrique, auprès des Africains. Parce que les Africains disposent de beaucoup de ressources. Nous devons renforcer les capacités des investisseurs africains, leur créer des facilités pour investir sur place dans la réalisation des infrastructures touristiques de haut standing et moyen. Cela requiert un accompagnement technique de l’OMT ».

Le Pays

Source: L’Aube

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here