KIDAL : En attendant la fin du désordre, la débandade des ex-rebelles

Hier, la CMA a annoncé son retrait du processus de Dialogue national inclusif alors que le président est dans la logique “de discuter de certaines dispositions de l’Accord de paix et de réconciliation“.

Les menaces des pays membres de la CEDEAO sont prises très au sérieux à Kidal, où les ex-rebelles se la coulent douce. Pas que cette menace de l’organisation sous régionale qui fait peur à la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), il y a surtout les accusations et remontrances des autorités nigériennes. Le week-end dernier, le Niger a publié dans la presse les noms, les auteurs des faits en relation avec les groupes terroristes. Une posture qui a crée la peur dans les rangs de l’ex-rébellion. L’entité la plus cité à savoir le Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA), dirigé par Alghabass Ag Intallah, tente de se blanchir sans succès.”Le Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad dénonce d’emblée, avec véhémence l’acharnement orchestré contre lui, au Mali mais singulièrement conduit par le Président du peuple frère nigérien et s’interroge sur les objectifs réels visés par ceux qu’il estime être les fossoyeurs de la paix tant recherchée à travers les dispositions de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger”, peut-on lire dans le communiqué en date du 23 Septembre 2019 à Kidal.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here