On en parle : La justice s’est-elle enfin réveillée ?

C’est un secret de polichinelle : l’image de la justice est très abimée au Mali. Son rôle dans la lutte contre la corruption est très discutable. Honnie et vilipendée, la population l’accuse, à tort ou à raison, de ne rien entreprendre pour lutter contre la corruption et l’impunité au Mali. Cette perception négative est en passe d’être changée.

La justice, depuis l’incarcération de Bakary Togola, président de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton du Mali, et du président du Conseil régional de Kayes, Bandiougou Diawara, et certains de ses collaborateurs, a amélioré son capital de sympathie auprès d’une partie importante de la population malienne.

Pour autant, peut-on dire que la justice s’est enfin réveillée ? Difficile de répondre à cette question. L’histoire nous enseigne que plusieurs personnes arrêtées dans le cadre de la lutte contre la corruption ont finalement été libérées. Sans que l’on sache ni le pourquoi encore moins le comment. C’est pourquoi, la prudence est de mise.

Par ailleurs, sans minimiser la gravité des faits reprochés aux personnes sous les verrous, plusieurs observateurs estiment que la justice ne s’est pour le moment attaquée qu’à des menus fretins. Les gros poissons ne sont pas pour le moment inquiétés.

Pourtant, la justice malienne ne manque pas de dossiers où les dignitaires du régime sont impliqués. L’achat de l’avion présidentiel, les engrais frelatés, l’affaire scabreuse des hélicoptères cloués au sol, mais aussi l’affaire des trois milliards et demi révélée par la justice, elle-même, pour ne citer que ceux-ci.

La crédibilité de la justice passe par des suites judiciaires dans ces différentes affaires. Autrement, son image restera à jamais ternie.

Abdrahamane Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here