Ambassade du mali au Burkina-Faso : Plus d’un milliard de F CFA volatilisé

Plus de 1,3 milliard de F CFA ont été détournés à l’ambassade du Mali au Burkina Faso. C’est ce qui ressort des enquêtes de vérification menées par le Bureau du vérificateur général. Ces faits sont survenus entre 2015 et 2018. L’actuel ambassadeur, Amadou Soulalé et son agent comptable sont les chefs d’orchestres de cette affaire de détournement de fonds. Nous revenons sur un système mis en place pour spolier l’Etat.

 Utilisation non justifiée du carburant acheté, dépenses non autorisées sur les recettes de la chancellerie, paiements non justifiés de frais scolaires, paiements indus des indemnités, frais de mission non justifiés…”. La liste des infractions dont sont suspectés les membres de la Chancellerie malienne au Burkina-Faso est longue.

Le premier concerné par cette affaire est l’actuel ambassadeur lui-même, précise le rapport individuel du Bureau du Vérificateur général. Il s’agit d’Amadou Soulalé. Le responsable de la comptabilité de l’ambassade est aussi impliqué dans ce dossier de détournement de deniers et de biens publics.

D’après les éléments de vérification, il y a de très grosses irrégularités financières s’élevant à plus de 1,3 milliard de F CFA, dont plus de 800 millions au titre de la fraude. Le rapport indique que l’ambassade a payé plus d’un milliard de F CFA (1 264 050 299 F CFA) au profit de l’entrepreneur EGCOB/TD. Les paiements sont effectués, sans décomptes établis par l’entrepreneur ni d’acomptes par le maitre d’œuvre, mais sur la base de factures qui ne sont pas liquidées par l’ambassadeur. Elle a aussi constaté les remboursements par l’ambassade des emprunts contractés par EGCOB auprès de la Banque de l’Union du Burkina Faso (BDU-BF) pour un montant total de 412 256 519 F CFA au lieu d’un montant de 243 019 691 F CFA indiqué dans la lettre de EGCOB du 6 juillet 2017 et confirmé par la lettre de BDU-BF n°080/BDU/DG/DE/DA du 10 juillet 2017.

D’autres résultats de la vérification font état des chèques non justifiés émis et payés en faveur de certains membres du personnel de l’ambassade d’un montant de 225 344 521 F CFA, les paiements non justifiés de frais scolaires d’un montant total de 64 530 000 F CFA, les paiements indus des indemnités de premier équipement d’un montant total de 7 500 000 F CFA, les frais de mission non justifiés pour un montant de 9 373 120 F CFA, les paiements indus de loyers pour un montant total de 11 340 000 F CFA, le paiement non justifié de 1 000 000 F CFA représentant le prix de cession du véhicule reformé Toyota Fortuner numéro d’immatriculation 14 CD 0014.

 Un agent comptable non assermenté

Pis, le secrétaire agent comptable, chef d’orchestre de toutes cette stratégie, a été installé dans ses fonctions sans avoir prêté serment et ne tient pas tous les documents et registres comptables. La comptabilité des timbres fiscaux est également mal tenue et l’agent comptable ne respecte pas le montant plafond autorisé à détenir en espèces, n’établit pas d’état de rapprochement bancaire et ne procède pas à la mise en concurrence des fournisseurs. Scandaleux, en matière de comptabilité.

Selon nos informations, l’ambassadeur Amadou Soulalé est très prochainement attendu à la justice. Cette affaire qui défraie la chronique intervient au moment où la communauté malienne au Burkina Faso, estimée à plus de 100 000 personnes, se sent abandonnée par la Chancellerie, témoigne un étudiant malien basé à Ouaga. Et SEM Soulalé, toujours présent à Bamako pour ses activités politiques, n’est disponible que pour recevoir les autorités en déplacement à Ouaga.

Sory I. Konaté

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here