Baccalauréat : Le Mali se conforme aux normes communautaires

Témoré Tioulenta, ministre de l’Education nationale était face à la presse avant-hier, lundi 30 septembre 2019, dans la salle de conférence de son département. Objectif : expliquer les innovations et les perspectives pour cette année scolaire 2019-2020.

Hier, les enfants ont repris le chemin de l’école sur toute l’étendue du territoire national, à l’exception des zones d’insécurité. Pour ce faire, le ministre de l’Education nationale, Témoré Tioulenta, a organisé une conférence de presse en prélude de la rentrée scolaire 2019-2020 pour expliquer les changements et les perspectives. Au cours de son intervention, le ministre a rappelé d’abord, les contextes dans lesquels les examens de l’année écoulée sont tenus. Selon lui, l’année précédente a été une année particulièrement difficile avec la grève des enseignants qui a mis en mal l’exécution correcte du programme. C’est pourquoi l’année a été prolongée jusqu’au fin juillet pour permettre à ceux qui n’ont pas fini le programme de l’achever. Les examens sont exécutés à la lettre, conformément à la planification initiale, a-t-il martelé. Et il dira aussi que les insuffisances constatées pendant le déroulement des examens sont sanctionnées. Pour ce qui concerne les résultats, le ministre Tioulenta reconnait qu’ils sont mauvais, mais qu’ils sont supérieurs globalement que les années passées, vu les circonstances dans lesquelles les examens se sont déroulés.

Par conséquent, l’année qui vient d’être démarrée sera une année du retour aux fondamentaux de l’école. Pour le conférencier le retour aux fondamentaux de l’école signifie que tous les acteurs de l’école jouent pleinement sa partition que les élèves restent en classe, qu’ils viennent à l’heure, mais aussi qu’ils respectent les enseignants. Bref, le retour à l’ordre et à la discipline. Le ministre Témoré Tioulenta a expliqué que tout est fin prêt pour la rentrée.

Par ailleurs, il a annoncé aussi des innovations pour une école de qualité. Parmi ces innovations, il y a la mutation provisoire des enseignants qui sont dans les zones d’insécurité où les écoles sont fermées dans d’autres localités. Aux dires du ministre Tioulenta, il n’est pas question que l’Etat continue à payer les enseignants qui ne travaillent pas. Il y aura aussi la célébration des journées de l’enseignant pour rendre hommage aux enseignants admis à la retraite qui ont loyalement servi la nation malienne. Le Grand prix du président IBK de la lecture sera institué pour encourager les bons élèves à la lecture. Mais, l’innovation phare de l’année que le ministre Tioulenta a annoncée est le retour des épreuves orales au baccalauréat malien pour être conforme aux normes communautaires. Sur un tout autre plan, ministre qu’ils sont en train de travailler pour que l’orientation des candidats admis au DEF soit disponible le 15 octobre 2019. Il a aussi signalé quelques difficultés qui sont liées à l’insuffisance des écoles, d’enseignants, des livres pour une formation de qualité. Le ministre de l’Education nationale a enfin remercié et félicité les établissements privés qui ont beaucoup fait pour sauver l’année.

Yoro Sidibé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here