Kramp-Karrenbauer encourage le déploiement à long terme de la Bundeswehr au Mali

La ministre allemande de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU) soutient l'extension du déploiement de la Bundeswehr au Mali.
"Je pense que c'est très logique et je veux en faire la promotion", a déclaré Kramp-Karrenbauer lundi lors d'une visite dans l'état de crise en Afrique de l'Ouest.

La Bundeswehr a apporté une contribution importante à la stabilisation du Mali.
L'implication allemande dans la formation de l'armée malienne montre de "bons résultats".
"Néanmoins, nous ne devons pas perdre de vue le fait que la situation générale en matière de sécurité s'est détériorée", a souligné le ministre, qui a visité un camp de la mission de formation de l'Union européenne EUTM à Koulikoro.

Kramp-Karrenbauer a mis en garde contre un retrait des forces allemandes et internationales du Mali. Il existe des "forces terroristes puissantes" dans le pays. À cela s’ajouteraient des tensions ethniques et le "conflit classique entre agriculture et élevage". Le pays est également un centre important dans la région pour la migration, le crime organisé et le terrorisme.

Le Sahel, État malien, n’est pas en reste depuis des années. Des groupes islamistes ont pris le contrôle du nord du pays en 2012. L'ancienne puissance coloniale française est intervenue militairement en 2013 et a repoussé les islamistes. Outre la mission de formation de l'UE, les forces armées allemandes participent également à la mission de stabilisation des Nations unies Minusma au Mali. Les mandats du Bundestag pour les deux missions s'échelonneront jusqu'à la fin du mois de mai 2020.

Au Mali, les soldats nationaux et étrangers sont régulièrement la cible d'attaques. Peu de temps avant la visite de Kramp-Karrenbauer, un soldat du Casque bleu du Tchad a été tué et plusieurs autres soldats ont été blessés dans une attaque contre la mission de maintien de la paix de l'ONU.

Selon la mission de l'ONU, les soldats étaient en patrouille de sécurité dimanche près de la ville d'Aguelhok, dans le nord-est du pays, lorsqu'un engin explosif a explosé sur le bord de la route. En outre, un soldat togolais a été grièvement blessé lors d'une attaque contre des soldats de la paix près de la ville de Bandiagara, dans le centre du pays.

Mahamat Saleh Annadif, dirigeant de Minusma, a condamné "la récente augmentation de ces attaques, en particulier dans le centre du pays". Depuis 2013, plus de 200 soldats de la mission de l'ONU ont été tués au Mali.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here