Mohamed Mahmoud Ould Ibrahim dit omar, opérateur économique (suite): Un homme très dangereux

Comme nous l’évoquions dans notre dernière parution du 2 octobre 2019, nous disons que Mohamed Mahmoud Ould Ibrahim (Mahmudu Omar) aux multiples noms et nationalités est un homme dangereux voire très dangereux.

En effet suite à la plainte pour viol sur la fille mineure âgée de 13 ans du nom de Anoud Jibril Yousef Al Salami et qui a permis de mettre à nu ses activités frauduleuses, deux tribunaux différents de juridictions compétentes ont délivré des mandats d’arrêt à son encontre et sa bande. En plus de la cour de circuit d’Accra, la Police a publié le mandat et son arrestation fut confiée à Interpol où il se trouve dans le monde.

Aussi la cour de Kwabenya a également émis un mandat d’arrêt à l’encontre de Mohamed Ould Ibrahim et de quatre autres personnes faisant partie d’un groupe de dix-huit(18) personnes en attente de procès pour des infractions de violation de la paix, de menace de mort, complot en vue de commettre un crime entre autres. En septembre 2019, dix des dix- huit accusés appartenant à la famille de Mohamed Ould Ibrahim ont été arrêtés par les agents du Service de l’immigration du Ghana alors qu’ils se présentaient devant le tribunal le 17 septembre 2019 et qu’ils étaient en transit vers l’immigration. Mais hélas la garde à vue de neuf des dix-sept échappa à l’emprise des officiers.

En effet pendant la chaleur de la détention des enfants, Omar les officiers de l’Ambassade du Mali, les docteurs Hassan Ayariga, Bashir Ahmed Agali, Alhaji Sulley Bashiru et d’autres personnes tapis dans l’ombre se sont rendus aux servicess de l’immigration dans le but de les obtenir sous caution. Par conséquent le Dr Hassan Ayariga , Bashir Ahmed Agali de l’Ambassade du Niger, Isaac Eshun, l’avocat de Omar et de sa famille, sont venus de manière inattendue pour demander une médiation en vue de la libération des personnes arrêtées.

Notons tous ces intervenants ont déclaré lors d’une réunion avoir été démarché par Omar pour que Hassan Zein puisse retirer sa plainte. Au cours de cette réunion Omar promet de présenter ses excuses pour tous les torts qu’il lui avait causés et d’indemniser la fille violée. Mais hélas le lendemain Hassan Zein et la fille violée ont été informés par leurs avocats que Mohamed Ould Ibrahim a quitté le Ghana en destination du Mali.

Pire et profitant de sa fuite au Mali, Omar continue de se moquer de la fille en utilisant les réseaux sociaux et en téléchargeant les clips vidéo, des images nues, des vidéos fabriqués pour intimider la fille violée. Après l’échec d’un règlement de paix, Omar s’est permis de s’attaquer à tous les intermédiaires au su et au vu de la police qui refuse certainement corrompue. Malgré les efforts de tous mes médiateurs, Omar a continué à menacer Hassan Zein et la famille de la fille violée.
A suivre….

Sadou Bocoum

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here