Manifestation à Sévaré : Faut-il craindre le phénomène des « enfants microbes » au Mali ?

La participation des enfants à des manifestations violentes doit donner à craindre car pouvant aggraver la délinquance juvénile. La manifestation du samedi dernier à Sévaré, dans la 5e région du Mali, doit interpeller toutes les consciences. Cette démarche ne met pas encore le Mali hors du danger de la naissance d’« enfants microbes ».

Des enfants qui usent de la violence comme moyen de revendications constituent un danger qui doit donner à réfléchir après la manifestation de Sévaré, région de Mopti. Le samedi 12 octobre dernier, la plus horrible des scènes s’est produite. Des manifestants, à majorité des enfants, se sont rués sur le camp de la MINUSMA afin de réclamer le départ des forces étrangères du Mali. Plusieurs dégâts ont été dénombrés.

Sur les vidéos et les photos qui circulaient sur les réseaux sociaux, on pouvait apercevoir certains de ces enfants transportant des objets sur leur tête ; des objets provenant, sans nul doute, du lieu pillé. Si tel est le cas, ces enfants seraient responsables de deux crimes : pillage de camp militaire et vol.

Le plus déplorable sur cette scène est qu’elle a été applaudie par la plupart des citoyens qui se sont laissés emporter par leurs émotions. Des applaudissements en signe d’encouragement du comportement de ces enfants alors qu’il faudrait plutôt regretter quand un enfant, défini comme être sans raison, acquiert une conscience d’adulte et agit violemment.

Cette violence juvénile ne peut qu’interpeller notre conscience en nous poussant à nous interroger : cette expérience appréciée de la part de ces enfants par plusieurs citoyens ne va-t-elle pas les inciter à poser d’autres actes plus graves ? Ne faut-il pas craindre le phénomène des « enfants microbes » de la Côte d’Ivoire des années 2010-2011 lors des crises postélectorales ?

Parlant de ces enfants de la Côte d’Ivoire, on se rappelle de cette explication du sociologue Francis Akindès dans les Observateurs de France 24 : « Les enfants délinquants dit ‘’microbes’’ sont âgés de 10 à 16 ans, 18 ans au maximum. Ils sont violents, désœuvrés et cherchent à gagner de l’argent, peu importe le moyen. Ils estiment ainsi que le crime est une activité économique légitime. »

Plusieurs crimes ont été attribués à ces « microbes » dont certains trouvent qu’ils sont un produit politique, donc fruit d’une instrumentalisation. Des produits fabriqués pour défendre des intérêts, mais des instruments, devenus incontrôlables.

Dans l’affaire de la manifestation de Sévaré, il y a lieu de craindre puisque nous apercevons des germes de ces « microbes » jaillir. Comment des enfants peuvent-ils tomber dans des théories de complot jusqu’au pillage ? Il y aurait anguille sous roche. Ils seraient victimes de manipulation. Mais si tel est le cas qu’on prenne garde à ne pas téléporter le phénomène des « enfants microbes au Mali ». Car, autrement, cela signerait la fin de ce pays.

TOGOLA

Source: Le Pays

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here