‘’Le mariage n’est pas un jeu d’enfant’’: le projet présenté aux partenaires

L’ONG Internationale, Save The Children, en collaboration avec des partenaires, a organisé le mercredi 23 octobre une séance de partage d’informations sur le programme ‘’Le mariage n’est pas un jeu d’enfant’’, à l’hôtel ONOMO. Le but de la rencontre était de présenter les acquis de ce projet après 3 ans de mise en œuvre et d’interpeller les autorités politiques.

Lancé en 2016, le Projet ‘’Le mariage n’est pas un jeu d’enfant’’ est une initiative de Save The Children, de l’ONG AGIR, Fawe Mali, Wale, Population concil en vue de sensibiliser sur les risques et les dangers du mariage de la petite fille. Arrivé à mi-chemin de son application, les responsables d’exécution dudit programme ont convié, le samedi dernier, des partenaires techniques et financiers, les acteurs de la lutte, les organisations d’enfants pour une rencontre d’évaluation et de proposition. Il s’agissait également de dégager une stratégie pour amener l’ensemble des partenaires à rendre le gouvernement plus redevable des engagements internationaux pris en matière des droits de l’enfant et de la femme.
Selon le Directeur général par intérim de Save The Children, Benoit DESARTRE, ce programme est d’une importance capitale, puisqu’il vise à assurer la prévention du mariage des enfants, particulièrement celui des filles. La problématique du mariage des enfants ne concerne pas qu’une région. Il affirme que c’est un fléau mondial. À travers le monde, confirme-t-il, chaque année, 15 millions de filles sont victimes de la pratique.
Mais, en Afrique subsaharienne, les chiffres sont effroyables. Dans cette zone, Benoit DESARTRE, indique que 40% des femmes sont mariées pendant leur enfance. Il va plus loin avec le rapport de l’UNICEF sur la ‘’situation des Enfants dans le Monde’’. Dans ce rapport, rapporte le DG par intérim de Save The Children, le Mali, avec 55%, occupe la 6e position sur les 10 pays aux taux les plus élevés de mariage des enfants de moins de 18 ans en Afrique. Curieusement, le pays est signataire de presque tous les textes relatifs au respect des droits des enfants.
Au-delà de la violation des droits des enfants, la pratique a des conséquences terribles sur la santé de la jeune fille et constitue l’un des facteurs d’abandon scolaire, a signalé M. DESARTRE, tout en rappelant que ces situations tristes ont obligé des partenaires à faire un front commun. Selon lui, ceci a été la base du projet ‘’Le mariage n’est pas un jeu d’enfant’’ axé essentiellement sur les questions de santé de la reproduction, l’éducation, la protection et le plaidoyer.
Intervenant dans les régions de Ségou et de Sikasso pour une période de cinq années, le programme a bénéficié du financement du Royaume des Pays-Bas d’un coût de 2 milliards de FCFA pour d’une durée de cinq ans.
À sa suite, l’un des responsables de la mise en œuvre de ce programme, Assaita TRAORE, a procédé à la présentation du bilan de mi-parcours. Après plus de 3 ans d’exécution, le programme a obtenu des résultats encourageants. De 2016 à ce jour, ils ont pu former et sensibiliser des milliers de femmes et jeunes filles sur le mariage d’enfants. Dans certaines localités, des dizaines de jeunes ambassadeurs ont été formés, lesquels plaident dans leurs localités respectives pour le respect du droit à l’éducation des enfants.
En outre, des femmes ont été appuyées et soutenues pour mener des activités génératrices de revenus.

Par Sikou BAH

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here