Ouverture à Dakar d’une Conférence internationale sur les “défis, opportunités et perspectives“ des FinTech pour les pays en développement

Les FinTech constituent une incroyable opportunité de développement pour les États d’Afrique. Leur développement important a amené la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a posé le débat sur les défis qu’elles posent, les opportunités et les perspectives qu’elles offrent pour les pays en développement.

C’est tout le sens de la conférence internationale sur les FinTech ouverte, ce mercredi 30 octobre, à Dakar, au siège de la BCEAO. "La rencontre d’aujourd’hui vient à point nommé, car elle nous permet de prendre la mesure de la transformation historique que vit le secteur financier depuis quelques années avec l’avènement des FinTech", a indiqué le Gouverneur de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), dans son allocution d’ouverture.

Les Fintech sont désormais devenues incontournables dans la finance. Elles sont généralement des start-up qui utilisent des technologies innovantes pour repenser un modèle d’affaires lié aux services financiers.

L’objectif principal de la Conférence est de créer un cadre d’échanges permettant aux participants de bénéficier d’un partage en matière de régulation et de supervision des FineTech.

"Innovations financières fondées sur la technologie, les FinTech se manifestent par des modèles d’affaires, des applications, des processus, des services pour des produits nouveaux ayant un impact important sur les marchés financiers, les institutions financières et la fourniture des services financiers", a poursuit le Gouverneur Koné.

Pour sa part, la Banque mondiale, qui accompagne cette initiative de la BCEAO, croit fortement aux pouvoirs de l’innovation dans l’éradication de l’extrême pauvreté et la promotion de la prospérité.

"La banque mondiale croit au rôle de l’innovation en particulier dans le secteur financier pour mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée de façon durable. (...) Comme vous le savez, l’Afrique est un leader en matière d’innovations basées sur la monnaie électronique qui transforment les économies sur l’ensemble du continent et provoque un changement radical dans l’accès aux services financiers", a indiqué Élisabeth Huybens. Elle est la Directrice régionale Afrique Centrale et de l’Ouest, FCI, Banque Mondiale.

Le taux de pénétration de monnaies électroniques a enregistré une augmentation remarquable entre 2014 et 2017, a par ailleurs fait savoir la responsable de la Banque mondiale.

L’avènement des FinTech offre de nouvelles opportunités tout comme il pose de nouveaux défis au secteur financier classique d’où la nécessité d’une meilleure maîtrise et d’une régulation plus accrue. Le Gouverneur de la BCEAO a ainsi alerté sur les menaces qui pèsent sur certains métiers.

"Certes la technologie et la finance ont toujours été ensemble. Mais l’ampleur de l’impact des Fintech sur le modèle financier a surpris les régulateurs et les acteurs de la finance classique dans le monde. Les FinTech menacent d’obsolescence de nombreux métiers. Elles modifient profondément les pratiques des acteurs et ouvrent la porte à de nouveaux modes de fournitures et de consommation des services financiers", a indiqué Tiémoko Meyliet Koné.

Selon le Gouverneur, les mutations qu’induisent les FinTech pourraient aussi être porteuses de risques pour l’équilibre du système financier. Elles pourraient également menacer la stabilité financière avec la cybercriminalité, le blanchiment de capitaux et l’exercice illégal d’activités réglementées.

La conférence internationale sur les FinTech réunit des experts issus de plusieurs institutions privées. Ainsi, à travers les différentes thématiques abordées, au cours des panels, il est attendu un renforcement des capacités des acteurs en matière de promotion, d’encadrement et de supervision des FinTech.

Outre le Gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), quatre autres gouverneurs prennent part à la Conférence internationale. Il s’agit des Gouverneurs de la BEAC, des banques centrales de la Mauritanie, de la Gambie et de la Sierra Léone. Dans son discours d’ouverture, le Gouverneur de la BCEAO, Tiémoko Meyliet Koné, a ainsi salué "la présence notable" de ses "collègues gouverneurs".

MC

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here