Me Boubacar Karamoko Coulibaly démonte Algabass Ag Intalla et consorts : « Que nul ne se laisse impressionner par cette promenade organisée par le HCUA et ses alliés de la CMA »

Me Boubacar Karamoko Coulibaly, connu pour son engagement fort pour le retour de l’administration malienne à Kidal et son opposition farouche à la CMA, a encore frappé fort. Il a invité les Maliens à ne pas s’impressionner du congrès du HCUA qu’il qualifie d’une « promenade ».

S’il y a des hommes politiques maliens qui s’expriment avec courage sur le statut de Kidal, Me Boubacar Karamoko Coulibaly en est un. A chaque fois que l’occasion se présente, il fustige, à visage découvert le comportement des enfants gâtés de la République, la CMa, et prêche pour l’unité du Mali. Cette fois-ci, il a réagi au congrès du HCUA qui, selon lui, n’est qu’une « promenade ». « Que nul ne se laisse impressionner par cette promenade organisée par le HCUA et ses alliés de la CMA », a-t-il écrit sur sa page Facebook. L’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports taquine ses « amis » : « Nous n’avons cure d’une telle opération de propagande montée de toutes pièces dans le but évident de distiller la peur et le doute dans la conscience du peuple malien. Tout comme vous savez comment vous avez été porté à Kidal sans coup férir ».

Sans langue de bois, Me Coulibaly brandit la menace d’une intervention militaire pour déloger les actuels locataires de Kidal, la CMA et consorts. « Aussi, je réaffirme ici haut et fort que nous sommes prêts à en découdre militairement avec toutes vos forces si telle est votre volonté de vous approprier la moindre portion du Territoire malien », a-t-il écrit.

Me Boubacar Karamoko Coulibaly affirme avoir entamé des concertations avec les Maliens de bonne volonté sur la question de Kidal et il annonce une rencontre dans les prochains jours. Pour lui, la relecture de l’accord d’Alger pour l’expurger de tout ce qui peut prêter à confusion par rapport à la préservation de l’intégrité territoriale du pays, l’instauration d’une citoyenneté à deux vitesses, le trust des postes de souveraineté, des ressources financières et minières de l’État au profit d’une seule partie du pays ou de citoyens déterminés, est inévitable. Me Coulibaly est clair dans ses propos. Il propose les armes si les solutions de Kidal ne se trouvent pas à table. « Soit, ils y consentent ici dans le cadre citoyen du Dialogue national inclusif, soit nous les y obligerons par les armes. C’est aussi une autre façon de gagner la paix », a-t-il précisé.

L’ancien ministre a invité les Maliens à ne pas se faire distraire par le congrès du HCUA. « Soyez donc zen face à ces fanfaronnades mises en scène qui ne sauraient impressionner personne. Vous les verrez répéter en fin de mois prochain la même scène à l’occasion du congrès du MNLA », a-t-il laissé entendre. L’avocat n’en décolère pas et démonte les séparatistes. « Maintenant, pour pouvoir apparaître seulement comme une organisation civile et non militaire d’occupation de Kidal, ils ont entrepris sur les conseils de leurs amis de faire une mue », a-t-il déclaré. Selon lui, après les congrès de transformation, ces associations fédéreront dans une grande faîtière CMA, qui les représentera désormais. « Cependant qu’ils sachent, mouvements militaires ou partis politiques, nous ne leur laisserons pas la gestion du moindre cm2 de notre territoire tel que cela ressort de l’accord d’Alger », a-t-il prévenu.

Joint par nos soins, Me Boubacar Karamoko Coulibaly, Vice-présidente de l’URD a précisé que sa déclaration ne concerne que sa personne, elle n’a rien à voir avec sa formation politique.

Boureima Guindo

Source : Le Pays

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here