IBK: des « mesures fortes » insuffisantes…

Une fois de plus, une fois de trop, la Nation est agressée, le Peuple sous le choc. Suite à la tragédie de Indélimane, le président de la République s’est adressé ce lundi à la nation pour appeler et rappeler à chacun et à tous leurs devoirs envers la Patrie. Dans cette épreuve douloureusement vécue par tous, le président IBK convie ses concitoyens l’union sacrée, instruit fortement au commandement militaire «l’élaboration d’un nouveau concept opérationnel qui donne une part importante à l’offensive, au relèvement du niveau du commandement opérationnel sur le terrain et à l’amélioration des conditions d’engagement de nos hommes ». Ces mesures dites fortes sont-elles la panacée, pourront-elle être le remède de cette guerre imposée depuis 6 ans à notre pays ?
Acclamées par les uns, les « mesures fortes » du président IBK ne sont que des « mesurettes » destinées à des « officiers d’opérettes » et leur Chef qui doivent tous démissionner. En tout cas, insuffisantes, pour beaucoup qui estiment qu’il faut sonner la mobilisation général pour tous les officiers, incorporer tous gars en position de combattre comme réservistes, imposer le service militaire… Sur le comment faire ? Chacun a sa recette magique pour gagner la guerre sur facebook. Mais, allons au combat, ça va être une autre paire de manche. Voici votre Facebookan du jour

Ibrahim Saleh Al ANSARY : Discours à la Nation de S.E.M IBK en résumé : “Résilience, union sacrée et sursaut national” ; «J’ai instruit des mesures fortes ; notamment l’élaboration d’un nouveau concept opérationnel qui donne une part importante à l’offensive, au niveau de relèvement du commandement opérationnel sur le terrain et à l’amélioration des conditions d’engagement de nos hommes.

Dioukou SISSOKO : La stratégie militaire n’est pas un plan de développement économique, ça ne se dit pas en place publique. Avec ce discours moribond, l’espoir s’assombrit…l’incertitude plane… Les fils du pays se demandent « Cette solidarité est d’autant plus nécessaire que la lutte dans laquelle nous sommes engagés sera de longue haleine et notre résilience sera régulièrement mise à l’épreuve.» IBK, dans son adresse à la Nation tout à l’heure.
Donc après des centaines de morts dans un intervalle de quelques années à peine, le Président veut dire que ça ne fait que commencer.
Où donner de la tête ? Que faire ? Franchement, ça donne franchement le tournis.

Madou’s CAMARA : IBK a instruit des mesures fortes. Le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA, s’est exprimé officiellement pour la première fois depuis les attaques jihadistes de N’delimane, le 1 er Novembre 2019.
Dans son adresse à la nation, IBK, après avoir présenté ses condoléances aux familles et parents des dignes soldats tombés sur le champ d’honneur, a appelé tous et toutes au sursaut national et à l’union sacrée autour des Forces Armées et de Sécurité Maliennes.
« J’ai instruit des mesures fortes ; notamment l’élaboration d’un nouveau concept opérationnel qui donne une part importante à l’offensive, au niveau de relèvement du commandement opérationnel sur le terrain et à l’amélioration des conditions d’engagement de nos hommes ». A déclaré avec force IBK.

Alhousseyni TRAORE : IBK président, vous n’avez qu’à chercher à rompre avec l’assistance de défense qui lie le Mali à la France. C’est la solution toute simple. C’est ce courage qui vous manque, peut être que vous êtes naïf ou vous croulez sous le complexe d’infériorité.

Issouf KONATE : Pourquoi ? Ne pas s’aligner à la Russie c’est du concret. La Centrafrique la Syrie le Venezuela au mali il y a eu plus de morts après la signature de l’accord qu’avant l’accord.
Il faut faire une évaluation de notre coopération avec la France ensuite nous n’avons pas d’armée si son rôle est confinement dans les camps et être des cibles facile pour les djihadistes. Où sont les généraux et les colonels sur le terrain redéploiement total de tous les militaires a les corps d’origines que la guerre commence enfin. Qu’on sache qui est chef militaire ou pas. Que le ministre de la défense et le ministre de la sécurité intérieure ne démissionnent que le commandant de zone soit relève, que l’inspection militaire passe pour déterminer les causes. Qu’on rappelle tous les anciens qui peuvent se rendre que l’on donne une couverture aérienne a l’armée. Sans une couverture aérienne même la Russie n’a pas pu contrôler les ¾ du territoire. Ceux qui se sont rendus coupables du détournement des fonds d’équipements militaires soient juges comme les criminelles guerres. 250 morts en un trimestre, c’est du génocide qu’on fasse l’émergence des jeunes officiers qui n’ont pas failli. Monsieur le Président, c’est en ce moment que vous verrez l’union sacrée autour de vous et que retirer tout ton entourage non militaire des affaires militaires. Toutes décisions soient d’abord militaires et non a coloration politique. De créer un ministère de la guerre sinon les militaires entre eux savent qui est qui ? Mon conseil Monsieur le Président, quand l’armée malienne était d’obédience soviétique aucune menace ne s’est produit tellement la puissance de feu était respecté et craint. Pour preuve, la guerre Mali Burkina, la rébellion était gérée de façon très simple à bon entendeur salut !

Papou DEMBELE : Exigeons la présence de notre armée a Kidal qui est le nid des bandits. S’il te plait Mr le Président exige cela sans délais… Nos vaillants soldats doivent avoir le control de Kidal.

Amadou Maïga : Trop c’est trop mon président, on dirait vous avez plus pitié des maliens.
Cheick Tidiane Coulibaly Vous auriez mieux fait d’annoncer votre démission à la fin du discours ! Nous confions notre Mali à Allah contre le mal qu’il soit d’intérieure ou d’extérieur.

Cheick Fanta M DEMBELE : Le temps n’est plus favorable à vos discours vides de sens. Sortez par la grande porte en renonçant à ce pouvoir que vous ne parvenez pas à gérer. Je me demande comment un bon président dort avec tous ces morts sur sa conscience ?

Abdoulaye Bobo KEITA : Un état défaillant qui envoie ses soldats à la boucherie. J’invite le président de la république à prendre ses responsabilités

Jamilia TIRAORE : Un discours de plus ! Aujourd’hui le peuple du Mali attend de la présidence de la République des actions concrètes. ON s’attendait à des propositions de sortie de cette crise. Trop de morts… Nous sommes reconnaissants envers nos braves soldats. Cependant monsieur le Président si c’est ces généraux et officiers de bureaux ne sont pas à mesure d honorés le Mali dans de pareilles circonstances qu’ils arrêtent au moins de trahir le Mali. Ces discours ne nous rassurent pas monsieur le Président de la République. Le Mali saigne !

El K-douze NOSCO : Nous ne sommes pas en guerre on est sera jamais en guerre, Nous sommes en domination politico-militaire et non en guerre

Awa Sylla : 1- Dissoudre le gouvernement ; 2-Nommer un gouvernement de crise ; 3- Faire cette guerre et finir avec ; 4- Ou démissionner.

Mohamed Ag ASSORY : Mesures fortes ! Que tous les généraux aillent sur le terrain où démissionnent comme Sinko, avec demi-primes ! Pour ou Contre ?

Adam’s Coulibaly : Il faut rendre le service militaire obligatoire et permettre à des jeunes de signer des contrats CDD avec l’armée !
Pourquoi ne pas prendre les jeunes qui viennent de faire le SNJ comme réserviste ? Ils peuvent renforcer l’armée.

Oumou Tounkara Khalil : je ne crois pas. Il faut aller à l’école des autres pays qui le font même aujourd’hui. En Corée du Sud ou au Nord et Israël c’est une réussite totale. Le mot «obligation» est une réussite au Mali en référence à l’AMO. Les armées sont professionnelles aujourd’hui. Ceux sont les professionnels qui vont au combat. Le service militaire c’est pour jouer sur la fibre patriotique des jeunes. Ils se limitent aux parades militaires et patrouilles urbaines. Nous avons besoin de combattants, et je ne vois pas en quoi le service militaire est efficace pour cela. Ils sont très bien formés et ils suivent tous les processus de la formation militaire dans l’armée et ceux qui veulent, peuvent signer des CDD.

Salif Keita KABA : Adam’s Coulibaly penses-tu qu’avec le système actuel existant au sein de nos troupes, les questions de réservistes serviront ? Mon frère, les soldats se rendant reçoivent des consignes très fermes. Il s’agit de faire son séjour sans qu’une munition disparaisse au risque d’être d’aller en prison, voir d’autres sanctions disciplinaires au nom de quelle loi en temps de guerre ?

Abdoul Karim DOUMBIA : IBK, arrête les discours inutiles et agit fort pour écraser l’ennemi. Il n’y a pas deux ennemis. L’ennemi, c’est celui qui porte l’arme contre l’armée malienne.

‎Zin Zin‎ à Le Conseil Des Patriotes : Le président IBK a instruit à la hiérarchie militaire d’être à l’offensif.

Boubacar Koumare : C’est une belle phrase mais la hiérarchie en a-t-elle les moyens ? Sans vecteur aérien indépendant c’est du leurre. Il nous faut des avions de renseignements, des hélicoptères ou avions de chasses capables d’intervenir à tout moment sinon nous allons offrir les hommes à la boucherie c’est sûr.

Hamidou Cisse : Nous créé nos armées et calquée pour mater le pauvre étudiant du coin ou le syndicaliste qui fait la grande gueule : aucune armée africaine ne pourra vaincre le terrorisme encore moins les djihadistes. Des généraux d’opérette et salons feutrés du Mali comme au Nigeria passant sur le Burkina etc. etc. L’armée est une vocation et une aventure. C’est ça la force des terro-djihadistes

Dioukou Sissoko : Discours creux comme toujours…En bon citoyen, IBK devait rendre service au peuple malien meurtri en rendant le tablier. Nous avons besoin de la démission du président de la république et non une main tendue pour mettre fin à la résignation du peuple.

Salihina Sidibe : La démission de Boua n’est pas la solution.

Adama B Togola : Attendons 2023 mon cher président Aboubacar Sidick Fomba. Il faut que les imbéciles et nous autres intègres récoltent ce que nous avons semés en votant pour lui. Vive IBK jusqu’à 2023. Nous souhaiterions même un 3ème mandat.

Adam’s Coulibaly : En clair, la solution est le peuple votre destin se trouve entre vos mains. Abanna

Akd Daou : Il est urgent de changer de stratégie militaire. Pour cela il faut des hommes et des femmes capables de réfléchir.

Boubacar Koumare : Sursaut d’orgueil national. Chacun vient on dialogue on dégage des solutions avec comme priorité existentielle : la paix la sécurité et la cohésion sociale. Notre système de défense au cœur du dispositif même s’il faut que tous les fonctionnaires cotisent sur 3 mois 5% des salaires. On s’achète des moyens aériens.
Ensuite la lutte contre la corruption doit plus s’accentuer et parallèlement moderniser notre Administration pour l’informatiser plus en vue de réduire les effets de la mauvaise gouvernance.

Aecd Mali : Faites attention ! Notre problème est plutôt politique, de gouvernance, que totalement militaire. Même si les 19 Millions de maliens deviennent militaires, pour plus d’1 million de km2, nous ne pourrons pas. À la force brute il faut opposer de l’intelligence. Que fait le centre d’études stratégiques. Aujourd’hui la guerre, c’est la stratégie mais pas le nombre de soldats alignés sur le front.

Salutations : Pour la solution il faut : 1 positionner 5 généraux dans chaque région ; 2 ordonner la guerre de Ségou à Kidal ; 3 déchirer l’accord d’Alger en direct à la télé ; 5 Réquisitionner tous les bureaux Cnj pour le front.

Ibrahim Guindo : Le renseignement est une des clés de cette crise sécuritaire au Mali. A la place des décideurs, j’injecterais 2 à 3 milliards CFA pour mettre à nu ce vaste complot. Des langues vont se délier tout de suite…Encore faudrait-il veiller à la bonne utilisation de cette manne. Ils sont tellement habitués à voler les deniers publics que quelqu’un va remplir sa panse béante sans fond…
Youssouf Berthe Si c’est le parent pauvre comme le disait quelqu’un plus haut, les conséquences se manifesteront sur le dos des pauvres également. Il sert à rien d’injecter une manne dans cette affaire pour qu’elle ne serve de festin pour d’autres et que la boucherie humaine continue de l’autre côté.

Source : INFO-MATIN

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here