Développement du numérique dans le monde en 2019 : 3,6 milliards de personnes ne sont toujours pas connectées

En matière d’utilisation des technologies numériques et de l’internet, les disparités persistent. Le rapport de l’Union internationale des télécommunications (UIT) fait l’état de la situation.

Partout dans le monde, des disparités existent en matière d’utilisation de l’internet. Les pays en voie de développement sont ceux qui restent à la traîne.

Selon le nouveau rapport de l’Union internationale des télécommunications (UIT), l’effectif des hommes utilisant l’internet en 2019 dépasse largement celui des femmes.

Intitulé, « Mesurer le développement numérique : faits et chiffres 2019 », cette publication de l’UIT révèle que 48% des femmes contre 58% d’hommes utilisent l’internet. Ce chiffre est commun à tout le monde entier.

« Davantage d’hommes que de femmes utilisent l’Internet, soulignent les Nations unies sur leur site internet, quelle que soit la région du monde, sauf dans la région Amérique qui connaît une situation de quasi-parité. »

Cette fracture numérique est assez accentuée dans les pays en développement, indique Houlin Zhao, Secrétaire général de l’UIT.

Les pays arabophones d’Afrique et la région Asie-Pacifique connaissent assez ce problème.

« Les rapports de l’UIT intitulés “Mesurer le développement numérique” constituent un outil puissant permettant de mieux comprendre les problèmes de connectivité, explique Houlin Zhao, y compris la fracture numérique croissante entre les hommes et les femmes, alors que plus de la moitié de la population mondiale utilise l’Internet ».

« Les statistiques de l’UIT aident les décideurs et les régulateurs à prendre des décisions éclairées en matière de politique en vue de connecter celles et ceux qui ne le sont pas et de suivre les progrès accomplis à l’échelle mondiale », souligne le secrétaire général de l’IUT.

97​% de la population mondiale possède un signal cellulaire mobile et 93% par un réseau 3G (ou plus haut débit), selon les données de l’UIT.

Dans les régions d’Amérique, Asie-Pacifique et Europe, la situation est assez différente. Plus de 95% de la population a accès à un réseau large bande mobile 3G ou plus haut débit.

Dans les États arabes, la proportion est de 91%, de 88% dans la Communauté des États indépendants et de 79% en Afrique.

Cette disparité en termes de possession de téléphone mobile explique, selon les données de l’UIT, les disparités en matière d’accès à l’internet. Puisque le téléphone constitue le moyen le plus largement utilisé pour se connecter dans la plupart de ces pays, indique-t-on.

L’UIT précise dans son rapport que dans 61 des 85 pays dont les données ont été disponibles, « les hommes sont plus nombreux que les femmes à posséder un téléphone mobile ».

Les 24 autres pays ont vaincu la disparité dans ce domaine. Mieux, dans certains de ces pays, plus de femmes possèdent de téléphones mobiles que d’hommes.

Ce rapport ne se limite pas à dévoiler au grand jour les disparités dans le domaine de l’utilisation des téléphones ou de l’internet. Les données de l’UIT indiquent également la croissance de l’utilisation de l’internet dans le monde en 2019.

4,1 milliards d’internautes ont été retenus par l’UIT en 2019, soit 53,6% de la population de toute la planète.

Ces données laissent comprendre que 3,6 milliards de personnes ne sont toujours pas connectées.

« Donner aux 3,6 milliards de personnes qui ne sont toujours pas connectées accès aux possibilités offertes par les technologies numériques doit devenir l’une de nos priorités les plus urgentes en matière de développement », fait savoir Doreen Bogdan-Martin, Directrice du Bureau de développement des télécommunications de l’UIT.

La Directrice va plus loin pour inviter les gouvernements du monde entier : « La collaboration multipartite prenante jouera un rôle clé pour faire de la connectivité universelle efficace une réalité pour tous. Il faudra pour cela mener une action ciblée en vue de réduire le coût de la large bande et de mettre en place des politiques innovantes pour financer le déploiement des réseaux pour les populations qui ne sont pas connectées ».

De nos jours, 87% de la population des pays développés se trouve en ligne.

L’Afrique constitue le continent où le taux de connectivité reste le plus faible avec 28,2% contre 82,5% en Europe qui est la région enregistrant le taux le plus élevé.

L’UIT estime que d’ici à la fin de 2019, « 57% des ménages dans le monde disposeront d’un accès à l’Internet à leur domicile ».

« L’accessibilité financière et le manque de compétences numériques continuent de figurer parmi les principaux obstacles à l’adoption et à l’utilisation effective de l’Internet, explique-t-on sur le site internet de l’ONU, en particulier dans les pays les moins avancés ».

Dans les 40 pays dont des données ont été disponibles, moins de la moitié de la population possède des compétences informatiques de base, souligne-t-on.

Les gouvernements du monde entier, notamment ceux des pays en voie de développement, sont invités à accentuer les efforts afin de renforcer les compétences numériques de leur population.

« Même dans les régions disposant d’une connectivité, nous devons faire preuve de plus de créativité pour résoudre des problèmes cruciaux comme l’accessibilité financière des services, invite Mme Bogdan-Martin, le coût des téléphones et l’insuffisance des compétences et de la maîtrise des outils numériques pour permettre à plus de personnes – et surtout à plus de femmes – de participer à l’économie numérique et de s’épanouir ».

F. TOGOLA

Source: LE PAYS

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here