Tacouba, une autre force française : Mais pour quoi faire ?

Que de déceptions ! La présence des troupes françaises au Mali (Barkhane), n’a, honnêtement, servi à rien. En tout cas pas pour les Maliens. La question que se posent pas mal de Maliens est de savoir si ces forces étrangères sont réellement là pour le Mali ou pour leur pays. Après l’échec patent de la première force, la Barkhane, l’ami du Mali, parait-il, la France a, à travers son ministre des armées, annoncé l’arrivée d’une autre force, Tacouba, au Mali.

Quelques jours après l’attaque barbare et lâche qui a eu lieu, le vendredi dernier contre le camp de l’armée malienne à Indélimane, dans le cercle d’Ansongo, la ministre des armées françaises, Florence Parly, a encore joué à la comédie.

Pendant que nous traversons une période de deuil national, des propos relayés par la ministre laissent entendre que des renforts seront bientôt reçus par l’armée malienne dans le cadre de l’opération « Tacouba ». Des réconforts qui selon elle, seront composés des troupes spéciales européennes. De la sorte, ces renforts seront donc accueillis juste après un consensus avec le gouvernement malien. Cela, en plus de ce nombre important des forces de Barkhane et de Minusma, des agents qui se trouvent toujours sur le terrain des différentes zones du pays, mais jamais présents au moment opportun pour accompagner les Famas voire les donner des pistes de renseignements leur permettant au moins d’éviter les massacres et les pillages des camps et des villages. Par le fait que la Minusma et la Barkhane ne jouent pas leur rôle, des manifestations et sit-in ont été faits par les Maliens pour simplement montrer à la communauté internationale que « trop c’est trop » et que le peuple ne veut plus de ces forces.

Pour rappel, les manifestants de Sevaré, dans la région de Mopti se sont attaqués au siège de la Minusma. Partout où l’on part, la plupart des Maliens disent qu’ils ne peuvent aucunement comprendre de telles attaques gravissimes et meurtrières qui se produisent contre les citoyens alors que les forces étrangères présentes disposent déjà des matériels et équipements adéquats pouvant permettre de faire face aux ennemis du Mali. Durant plus de cinq ans, ces forces étrangères sont présentes. Mais le malheur, c’est que malgré toute leur puissance et capacité, les forces du mal sévissent, et la situation critique se dégrade jour après jour. De nos jours, nombreux sont des Maliens qui souhaitent le départ pur et simple de ces forces étrangères qui, selon eux, ne jouent pas pleinement leur rôle comme il le faut. D’autres mêmes pensent que leur présence dramatise la situation du pays. Dans une de nos publications, nous avions publié l’intervention de l’honorable Mohamed Tounkara, député à l’Assemblée nationale du Mali. En présence du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré, l’élu national soutenait ne pas voir l’importance de la loi de coopération militaire adoptée par les députés et existant entre le Mali et la France. Laquelle loi, dit-il au ministre, devrait normalement permettre aux troupes françaises d’appuyer les FAma en termes de renseignements et bien d’autres choses contre les terroristes. Constatant donc que l’adoption de cette loi devient inopérante par le fait que la France ne l’applique pas, le député plaidait alors pour la signature d’un accord de coopération militaire entre le Mali et la Russie. On ne dirait pas que la venue de ces renforts est mauvaise, mais la question : La présence de ces forces qui sont déjà au Mali a servi à quoi ? En tout cas, nous demeurons convaincus que les États n’ont pas d’amis, mais des intérêts. Vu la situation du pays, nous sommes persuadés que chercher un autre intérêt au détriment du peuple se traduit à une situation délicate et chaotique.

Mamadou Diarra

Source: LE PAYS

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here