Ibrahima Kanté, directeur général de la société PAYME-SA : “Notre société Payme-sa est victime d’abus d’escroquerie de la part de la Bim-sa”

Devant la presse, le vendredi 1er novembre 2019 à l’hôtel Radisson Blu, Ibrahima Kanté (entrepreneur malien, directeur général de la société Payme-SA, promoteur de Lemonway, un système de transfert d’argent) a confié qu’il est victime d’abus ” d’escroquerie “, de la part de Banque internationale du Mali (Bim). En effet, il ne comprend pas pourquoi la Bim continue à bloquer le compte bancaire de sa société.

Ibrahima Kanté a expliqué que sa société Payme-sa a obtenu de la Bim un financement de 900 millions Fcfa avec des garanties hypothécaires à 120 % du montant total. Ce qui a ramené le montant à 1 087 000 000 Fcfa. Et le terme du crédit était fixé au 30 décembre 2020, avec un paiement unique à cette date par prélèvement direct sur le compte Bim-sa de la société Payme-sa.

“Par la suite, la Bim nous a fait une traite qui a été escomptée avec Ecobank. Mais à notre grande surprise, la Bim s’est emparée des fonds et a porté plainte contre ma personne. A l’époque, la Bim a perdu car sa plainte n’a pas prospéré. Le Procureur du Pôle économique de la Commune III, Me Diawara, a jugé qu’il n’y avait aucune infraction devant la loi.

La Bim me soupçonnait d’amener le fonds en France car j’étais en partance pour Dakar où se trouve le siège de Lemonway. Nous sommes partis à Dakar parce qu’Ecobank a refusé de livrer directement les fonds à la Bim, parce que la traite était au nom de la Bim. Et depuis lors nos fonds et nos garanties sont bloqués.

Nous avons fait des recours qui n’ont pas marché car la Bim a dit qu’elle ne veut plus travailler avec nous. Nous avons été trimbalés entre le Maroc et le Mali. Nous sommes victimes d’injustice”, a-t-il affirmé.

Et dans un courrier DG/PE/N° 351/10-2018 daté du 17 octobre 2018, signé du directeur général adjoint, Dioukhamady Kéita, la Bim a porté à la connaissance d’Ibrahima Kanté que la situation de ses engagements dans les livres de la Bim, sous réserve des agios non échus et des frais de poursuite, se présente comme suit : avance sur traite : 900 millions Fcfa, Crédit à moyen terme : 3 083 050 Fcfa ; impayé sur créance : 196 762 363 Fcfa ; dépôt à vue débiteur : 166 539 941 Fcfa ; compte débiteur unité de valeur Lemonway : 506 602 932 Fcfa. Et par ailleurs, la Bim a informé Ibrahima Kanté que ces montants resteront bloqués dans ses livres jusqu’à parfait remboursement de sa créance en principal, intérêts et frais du dépôt de garantie de 55,6 millions Fcfa des unités de valeur dans l’opération Lemonway, ainsi que les 590 millions Fcfa reçus au titre du produit de l’escompte de la traite.

“Aujourd’hui, tout ce que nous demandons, c’est de récupérer nos biens. La Bim peut prendre l’argent, mais qu’elle nous remette nos biens parce que l’échéance n’est pas arrivée à son terme qui est le 30 décembre 2020. Et nous ne devons rien à la Bim. Et comment et pourquoi la Bim viole la loi ? Nous n’avons pas fait d’infraction devant la loi. Pour nous, la saisie conservatoire pratiquée par la Bim sur le compte de notre société viole le caractère d’exigibilité de la créance due. Et bloquer notre compte avant le terme fixé du 30 décembre 2020 constitue un abus de droit nécessitant la mainlevée”, a-t-il dit.           Siaka DOUMBIA

 

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here