combat pour la paix et la réconciliation au Mali : Mohamed Ould Mataly, un engagement jamais démenti

Patriote convaincu et épris de paix, Mohamed Oud Mataly l’homme continue de prêcher la paix et la réconciliation dans le septentrion malien. Ce, malgré l’injuste sanction onusienne contre lui et face à la non reconnaissance des autorités actuelles. Leader communautaire et membre très influent de la Plateforme, Ould Mataly est l’un des rares personnes qui se sont dressées contre les indépendantistes du Mnla. Son seul et unique combat est de coudre le tissu social des communautés et de rehausser le drapeau malien. Pour son pays dont il a un amour fou, l’homme est prêt à tout. Oui ! Absolument à toutes sortes de sacrifices.

Décidément, ce n’est pas une sanction onusienne injuste pour « entrave à l’application de l’Accord de paix » qui découragerait le brave Mohamed Ould Matali. Un homme qui a dédié toute sa vie à la lutte pour la paix, la réconciliation et la résolution des conflits inter-communautaires, mène presque tout temps des missions dans le septentrion malien. Après plusieurs tournées de sensibilisation à la promotion de la paix dans quatre cercles de la région de Gao, Ould Matali, à la tête d’une forte délégation de la Plateforme, était présent au 2ème congrès du Hcua à Kidal. Prenant la parole, l’élu de Bourem a tout d’abord indiqué clairement son attachement à l’unification du Mali. «Nous ne permettrons à personne de l’intérieur comme de l’extérieur d diviser notre pays. Ça, jamais ! Le Mali est un et indivisible », a-t-il laissé entendre. Avant d’indiquer : « Nous sommes engagés avec nos frères de la CMA à recoudre le tissu social et redonner une nouvelle vie à l’État. Nous avons accepté la main tendue de nos frères pour l’intérêt de nos populations. Personnellement, mon combat était et demeure le rehaussement du drapeau malien sur toute l’étendue du territoire ».

Un rapprochement salutaire

Le rapprochement entre le Plateforme et la CMA est diversement apprécié. S’il y a certains qui croient que la CMA est la source de tous les malheurs de ce pays, d’autres estiment que le seul combat de la CMA, c’est le problème de sous-développement. « La CMA, en signant l’accord d’Alger, a accepté l’unification du Mali. Les membres de la CMA sont des Maliens comme tous les autres », ont-ils indiqué.

Selon l’honorable Matali, ce rapprochement au prix du sacrifice mutuel du côté des deux mouvements signataires de l’Accord dénote de l’engagement des acteurs à donner un nouveau souffle au tissu national fragilisé par sept (7) ans d’incompréhension. A l’en croire, cette main tendue de la plateforme signifie qu’aucun sacrifice n’est trop pour redorer le blason du Mali sur la scène internationale.

Rappelons que l’honorable Matali, qui a été injustement accusé par l’ONU sur proposition de la France d’entrave à l’application de l’Accord pour la paix pour des desseins inavoués, est l’un des leaders communautaires qui se sont opposés farouchement au meeting de déclaration d’indépendance, en avril 2012, à Gao. Il disait ceci aux indépendantistes : « Vous avez déclaré une indépendance sans aviser les sédentaires, pensez-vous ça peut marcher. Non, ma communauté ne trahirait jamais ses voisins… ». Ce jour-là, rares sont des hommes qui osaient prendre la parole devant les nouveaux maîtres du terroir (Mnla) qui, selon des indiscrétions, étaient soutenus dans l’ombre par la France. Cela ne démontre-t-il pas à suffisance que l’honorable Matali a été tout simplement victime de son attachement à l’unification de son pays ?

En tout cas, l’homme qui a eu le soutien total et massif des populations du nord du Mali contre la France néocolonialiste reste imperturbable et toujours engagé dans le combat pour la paix, la défense et le bien-être des communautés.

Aliou Badra Hasadia

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here