Mali : Aliou Boubacar Diallo prépare l’alternance en 2023

Après les soubresauts d’une crise de croissance post-électorale, où Aliou Boubacar Diallo a fait figure de candidat-surprise en se positionnant en 3e position, l’heure est à l’optimisme et au travail au sein de sa formation politique : ADP-Maliba. Tous en sont persuadés : les thématiques de changement portées pendant la campagne de 2018 rencontrent chaque jour plus d’écho auprès de la population.

Aliou Boubacar Diallo était largement inconnu du grand-public lorsqu’il a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2018. Mais l’entrepreneur, dont c’était le baptême du feu électoral, a réuni plus de 10 % des voix et s’est positionné en troisième position du scrutin, à quelques encablures de l’opposant historique Soumaïla Cissé. Comment expliquer cette percée électorale : essentiellement par un discours novateur, promouvant un changement profond de la manière de faire de la politique.

Partant du constat que ce sont les mêmes hommes qui gèrent le pays depuis les années 1990 et qu’ils sont conjointement responsables de l’explosion du Mali et de sa situation économique déplorable, il a mis en avant une nouvelle génération de décideurs, issus de la fonction publique et du monde de l’entreprise, qui ne sont pas des professionnels de la politique. Surtout, en tant qu’entrepreneur, il a mis l’accent sur l’économie en axant sa campagne sur la lutte contre la pauvreté et le chômage.

Des thématiques volontaristes qui ont séduit les électeurs en 2018, et qui gagnent encore en traction ces derniers mois. De nombreux cadres de l’URD de Soumaïla Cissé ont notamment annoncé leur ralliement à ADP-Maliba en octobre, dans ce qui ressemble à un vaste mouvement de fond de l’opposition en vue de se mettre en ordre de bataille pour le scrutin présidentiel de 2023.

Face à des partis traditionnels usés et intimement liés aux échecs du monde politique malien, Aliou Boubacar Diallo présente l’avantage d’être un homme d’affaires qui, parti de rien, a bâti un empire industriel, et qui pourrait insuffler au Mali un nouvel élan pour sortir du marasme économique et social. L’homme de Kayes, issu des milieux populaires, possède également une fibre sociale qui parle aux citoyens maliens, attachés à la solidarité, et qui voient les caciques actuels du pouvoir se servir du Mali au lieu de servir les Maliens.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here