Mme Traoré Seynabou Diop, ministre des infrastructures et de l’équipement : « L’Etat malien a besoin de 6000 milliards pour mailler le pays d’infrastructures routières »

Dans un entretien qu’elle a accordé à notre consœur  Fatoumata  Maiga du quotidien national « L’Essor », la ministre des infrastructures et de l’équipement, Mme Traoré Seynabou Diop, a donné des explications concrètes aux agitations récentes des populations à travers notre pays et l’évolution des chantiers des réseaux routiers.  Elle a également évoqué sans ambages les raisons qui contribuent à la dégradation des réseaux routiers et les priorités de son département.

Madame le ministre des infrastructures et de l’équipement n’est pas allée avec le dos de la cuillère pour reconnaitre la légitimité des  soulèvements populaires qui réclamaient sur leur passage la réhabilitation  des réseaux routiers en état indésirable.  Selon lui, ces revendications étaient lisibles un peu plus partout dans notre pays. Du sud au centre en passant par le nord, a-t-elle précisé avant de dire que ces soulèvement ont été bien appréciés par le gouvernement malien au regard de l’importance de ces routes  dans la politique de développement socio-économique et culturel du Mali.

A ses dires, dès que ces agitations ont pris chemin, son département  et le gouvernement n’ont ménagé aucun effort pour chercher à satisfaire les cahiers de doléance  des manifestants.  Le ministre Diop de dire que les raisons de ces manifestations sont multiples que diverses mais  qu’au-delà des questions de routes il y avait beaucoup de demandes. Donc Mme Traoré Seynabou Diop de reconnaitre que  les révoltes populaires ont vu le jour suite à un constat de l’arrêt des travaux, le retard dans le redémarrage sur les chantiers routiers concernés.

Elle a, tout de même, précisé aussi que l’arrêt des travaux de la route de Tombouctou est survenu suite aux attaques terroristes en 2017 ayant occasionnées d’énormes pertes chez l’entreprise.

En ce qui concerne le redémarrage ou  démarrage des travaux  des axes  reliant le centre au nord, la patronne du département des infrastructures et de l’équipement  a sollicité l’appui des forces de défense et de sécurité dans la sécurité des chantiers routiers qui démarreront dans les prochains jours conformément  à la date   des accords trouvés entre le gouvernement et les populations.

Elle a ajouté aussi que les axes du sud dans cette situation bénéficieront du même sort. Pour les demandes qui  ne sont pas  inscrites sur les priorités de l’exercice budgétaire de  l’année en cours attendront l’acquis des financements démarchés auprès des partenaires ou accordés par le budget national.  En tout cas les tractations sont en cours auprès  des partenaires pour mobiliser un fonds urgent pour répondre aux besoins en infrastructures routières à travers notre pays, a-t-elle expliqué pour donner de l’espoir aux usagers des routes  nationales.

Pour les chantiers en plein travaux, Seynabou Diop rassure que le taux de réussite se pointe à hauteur des souhaits.  Pour elle, les 7% du budget alloué à son département n’est peu mais  nécessite toujours une majoration pour répondre aux attentes désirées auprès des populations bénéficiaires des prestations. C’est pour cela, dit- elle, son département ne se fatiguera point de prendre son bâton de pèlerin pour  démarcher les partenaires afin de les convaincre de venir s’investir dans le domaine des infrastructures routières dans notre pays.

A en croire le ministre des infrastructures et de l’équipement, les partenaires de département sont dans les pays arabes, l’Union européenne, la CEDEAO pour ne citer que ceux –ci.  Selon elle,  les difficultés pour réaliser les œuvres d’infrastructures routières proviennent de l’insuffisance des ressources.  Pour mailler le pays de  routes, nous avons besoin de 8000 km de routes dont la construction doit coûter au moins 6000 milliards de nos francs. S’agissant de lutter contre la dégradation des réseaux routiers, Seynabou  Diop préconise des mesures contre les surcharges sur nos axes avec  l’application  stricte et conjointe du règlement 14 de l’UEMOA qui connait moins d’avancée en présence de la non-implication des pays voisins débouchés de la mer. En plus l’entretien rigoureux et régulier  des routes. Tout cela, dit-il, nécessite des fonds alors l’autorité routière qui est l’organe en charge de ceci mobilise une fourchette insignifiante dans ce processus. En effet, elle sollicite un appui de   financement au chevet de cette structure dans l’entretien des réseaux routiers.

La patronne du ministère des infrastructures et l’équipement rassure les maliens que  toutes les initiatives sont prises  en matière de la politique nationale des transports et du désenclavement  adoptée  par le gouvernement en Octobre 2015 visant à assurer le développement des réseaux  routiers en république du Mali. Cette politique qui s’étale jusqu’à l’horizon 2030 vise à désenclaver de l’intérieur à l’extérieur du Mali.

Sidi Bakayoko

 

 

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here