Sénégal-Port de Dakar: Batailles et manœuvres en embuscade pour l’adjudication de la concession du terminal pour la logistique pétrolière et gazière. Enquête exclusive

La concession du terminal pour le développement et l’exploitation de la base de support logistique aux activités pétrolières et gazières au Sénégal que va attribuer le Port autonome de Dakar aiguise les appétits et pas des moindres. Ceux de groupements à capitaux nationaux, mixtes et off-shore, accostent leurs amarres. Une bataille implacable que se livrent 7 sociétés soumissionnaires et qui révèle petit à petit ses secrets au fil des investigations menées par Confidentiel Afrique. En toile de fond, un véritable capharnaüm qui laisse zen le Directeur Général du Port, qui -en dépit de la pression-privilégie plutôt la carte du principe du local content. Contre vents et marées. Enquête exclusive

Une guerre sans merci dans les eaux sénégalaises depuis l’appel d’offres de la concession du terminal de la logistique pétrolière. Des manœuvres à haute voltige s’intensifient avec à la manette certaines entreprises intéressées à s’adjuger cette plateforme logistique stratégique.

La Défense du local content, un principe intangible cher au Directeur Général du Port

Le marché de la logistique pétrolière et gazière  est naissant. Ce qui explique à l’évidence la pression et les manœuvres des lobbys pétroliers qui se sont exercés et semble-t-il continuent de s’exercer sur ceux qui sont en charge d’attribuer cette concession. Mais, Confidentiel Afrique après avoir mené ses enquêtes ces dernières semaines, révèle que le Directeur Général du PAD(Port Autonome de Dakar), Ababacar Sedikh BEYE s’illustre dans la gestion de ce dossier ultra- délicat comme étant un défenseur attitré du local content en mettant en avant le principe des intérêts nationaux. Face à la pression des lobbys pétroliers et hommes d’affaires de tous bords, le patron du Port de Dakar fait preuve de fermeté tout en gardant le tact que beaucoup le lui reconnaissent. Cette concession de la logistique pétrolière est loin d’être une petite assiette de fromage. Car, sur ce dossier, nos sources renseignent qu’il est en phase avec le Président Macky SALL, lequel veut voir les sociétés privés nationales prendre leurs parts des revenus du pétrole et du gaz.

Au fil de nos investigations, l’on se rencontre que le Port Autonome de Dakar fait face à une décision majeure; celle de choisir l’adjudicataire final de la concession du terminal de 3 hectares pour la logistique pétrolière et gazière. Selon des informations exclusives en possession de Confidentiel Afrique, 7 sociétés ont répondu à l’Appel à Manifestation d’Intérêts du Port Autonome de Dakar. Dans un premier temps et suite à la demande de certains candidats lors de la visite sur la plateforme logistique le 29 octobre 2019, le dépôt des dossiers qui devait intervenir le 7 novembre 2019 a été finalement reporté à la date du 21 novembre dernier.

Cette concession du terminal pour le développement et l’exploitation de la base de support logistique aux activités pétrolières et gazières au Sénégal suscite des convoitises.

Les enjeux financiers et stratégiques autour de ce marché sont énormes. Les 7 sociétés soumissionnaires qui manœuvrent aux longs couteaux, des nuits et jours laborieux, se livrent à une guerre feutrée dans les eaux portuaires sénégalaises pour s’adjuger ce marché de logistique pétrolière. Un premier exercice du genre depuis la découverte du pétrole et du gaz au Sénégal en 2015.

Confidentiel Afrique peut confirmer que des entreprises soumissionnaires se sont constituées en consortiums ou groupements pour optimiser leurs chances. Au fil de nos investigations, on apprend que les sociétés Maritalia-et Dakar offshore base de l’opérateur Moustapha SENE sont dans la

compétition sous le nom du consortium ATOS ( Atlantic Offshore Services, à ne pas confondre avec la société de technologies du français Thierry Breton).

Ce consortium qu’on dit proche du ministre sénégalais du Pétrole, Makhtar Cissé, comprendrait d’autres gros pontes du régime, s’activant dans le secteur pétrolier et surtout du gaz domestique, mais aussi de certains hommes d’affaires, notamment des entrepreneurs du Club des Investisseurs que préside l’homme d’affaires Babacar Ngom, Président du Groupe SEDIMA.

Confidentiel Afrique a pu établir que ce sont certains membres du Club des investisseurs à titre individuel qui sont montés sur le pont du navire de commandement ATOS. Toutefois, ce consortium s’est attaché les services d’un partenaire technique, l’écossais ASCO. Selon nos informations, Maritalia et ses associés tels des sirènes ont décidé de tambouriner sur la séduction à l’endroit de l’opérateur australien Woodside en prenant comme partenaire technique étranger le partenaire de Woodside, l’Ecossais ASCO. Il est de notoriété dans le secteur des hydrocarbures, qu’ASCO entretient une proximité avec l’australien Woodside. En clair, l’écossais ASCO est une société essentiellement choisie par Woodside dans le cadre de ses opérations en Afrique de l’Ouest.

Une coïncidence curieuse qui ouvre tout un boulevard d’interrogations quand à la mise en place d’un hub logistique et pétrolier au Port de Dakar qui ne doit pas seulement servir les intérêts de Woodside, mais ceux de tous les opérateurs explorant dans le bassin MSGBC (Mauritanie, Sénégal, Guinée Bissau, Conakry). Les autres soumissionnaires identifiés par Confidentiel Afrique sont:

Groupement Logistique pétrolière conduit par le groupe du vizir breton Bolloré. Ce dernier est déjà présent sur la plateforme portuaire avec une concession du terminal à conteneurs d’une durée de 25 ans.

Le groupement Oma, un groupe à capitaux ghanéens est en lice aussi aux côtés des autres sociétés soumissionnaires avec certainement des soutiens d’hommes influents établis au Sénégal, tapis dans l’ombre dans certains ministères. Le Président du Conseil National du Patronat (CNP), Baïdy Agne déjà très impliqué dans les activités portuaires au Sénégal est également dans la course via la Société Logistique Pétrolière. CSTT/AO, MLT de l’homme d’affaires Ndiankou Mbengue, Darou Khoudoss de Amadou Mbacké Seye actionnaire majoritaire de SENSTOCK et PDG de Touba Oil complètent le tableau de ces champions nationaux qui ont payé les 25 Millions FCFA du cahier des charges et à priori ont aussi montré leur capacité financière fixée à 6 Milliards FCFA.

Confidentiel Afrique sera aux avants postes pour informer ses fidèles lecteurs sur le choix final de la société qui va hériter du premier vrai contrat à composante contenu local dans le secteur du Pétrole et du Gaz au Sénégal.

 

Par Ismael AIDARA (Confidentiel Afrique)

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here