Le ministre de la Justice Malick Coulibaly : ‘’En dépit des efforts déployés, notre pays reste envahi par la corruption et l’enrichissement illicite’’

L’office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI) a lancé, hier lundi, à Bamako l’édition 2019 de la semaine nationale de lutte contre la corruption. Occasion indiquée pour le ministre de la Justice, Malick Coulibaly de tirer la sonnette d’alarme sur l’ampleur de la corruption et de l’enrichissement illicite.

-Maliweb.net- Pour le Garde des sceaux, Malick Coulibaly, l’une des  solutions de sortie de crise est  justement la saine et diligente  distribution de la justice.   Lequel a rendu hommage  aux efforts déployés  par l’ensemble du système judiciaire du pays  en  demandant  à tous  de soutenir les efforts pour participer à la réconciliation nationale dans un environnement de sécurité et de paix.

Cette journée vise, selon lui, à mobiliser les magistrats dans la lutte contre la corruption et  l’enrichissement illicite, car ils ont une responsabilité première conformément à l’article 4 de la  convention des Nations Unies. A l’en croire,  la  bataille contre la corruption et l’enrichissement illicite, à cet égard,  ne peut être gagnée sans remplir les trois conditions essentielle : ‘’ l’engagement politique, la rigueur dans l’application de  la loi par les magistrats et  le respect scrupuleux   des règles et  l’éthique déontologique qui encadrent l’exercice de leur fonction.

Malick Coulibaly a réaffirmé l’engagement du gouvernement à lutter contre le phénomène en encourageant  toutes les initiatives allant dans l’intensification de cette lutte.  «  Notre dispositif (l’OCLEI, les Pôles économiques et financiers)  de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite est sans doute  l’un des meilleurs de la sous-région auquel le Mali fait partie », a déclaré le Ministre de la justice. Ajoutant que le Mali a besoin aujourd’hui de l’application stricte de la loi en cette matière. «  Loin de tomber dans un satisfecit quelconque, je me réjouis  de la dynamique créé par le renforcement de la lutte qui suscite de l’espoir pour un changement de comportement dans notre pays.  L’OCLEI est dans son rôle de réunir les magistrats contre ce phénomène qui constitue aujourd’hui une préoccupation majeure aussi bien pour le pouvoir public et les citoyens qui en subissent les conséquences », a indiqué le ministre, qui est à l’origine de la croisade contre la corruption et l’enrichissement illicite.  C’est pourquoi, il a dira que l’OCLEI a reçu plus de 1200 déclarations de biens  de personnalités assujetties.

Par ailleurs, le Ministre de la justice a annoncé que les résultats du Mali dans la lutte contre ces phénomènes ne sont guère glorieux, « en dépit des efforts déployés, notre pays  reste envahi par la corruption et l’enrichissement illicite, aucun domaine de sa vie économique, sociale, politique et culturelle n’échappe à ce phénomènes. Ce danger est une réalité… ».   Ajoutant que les magistrats doivent être en vigilance et  à l’avant-garde de tous les combats,  « votre engagement et votre réaction doit être à la proportionnelle à la gravité du phénomène pour qu’ensemble nous disons non à la corruption, à l’enrichissement illicite,  au blanchiment de capitaux et d’autres infractions assimilées ».

Malick Coulibaly a engagé les magistrats face à leur responsabilité « d’enseigner » à tout le corps social «  la vertu ». Il a évoqué une collaboration entre l’OCLEI et la justice afin de donner une suite au traitement des différents rapports de cette structure  en annonçant la création d’une agence de gestion des avoirs et saisis qui, selon lui, permettra  de compléter le dispositif  de lutte contre l’enrichissement illicite déféré devant la justice.  Il s’agit, indique-t-il, de lutte contre le phénomène, de punir les contrevenants devant la loi, mais surtout de frapper ceux qui se sont illicitement enrichis sur le dos du contribuable.

Lors du lancement de la semaine nationale de lutte contre la corruption, qui a été démarrée avec une conférence «  sur les rôles des magistrats dans la lutte contre la corruption », l’OCLEI a officialisé un numéro vert : 80 00 22 22 , et qui servira de cadre aux particuliers de dénoncer les faits rapportant l’enrichissement illicite.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here