Blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme : Des réformes pertinentes proposées

Le Premier ministre, ministre de l’Economie et des Finances, a procédé, le vendredi 6 décembre, la cérémonie de clôture des états généraux sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, une rencontre organisée par le réseau des Cellules nationales de traitement des informations financières (Centif) de l’UEMOA.

L’objectif de cette rencontre de trois jours (du 4 au 6 décembre) était de faire des propositions et recommandations sur le problème de blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme aux autorités des pays membres, une décennie après la création des Centif.

Dans son allocution, le président du réseau des Centif, M.Tacher Hassane, a informé l’assistance des recommandations des délégués notamment «l’institutionnalisation» d’une obligation de déclarer le transport frontalier d’espèces dans les pays de la sous-région.

Le Premier ministre, ministre de l’Economie et des finances, Dr. Boubou Cissé, s’est réjoui des conclusions de ces travaux. Pour le chef du gouvernement, cette rencontre, qui s’est vouluun cadre de réflexion sur l’état des lieux de la lutte contre la criminalité financière, ambitionne de répondre efficacement aux besoins de gouvernance et sécurisation de l’environnement économique, financier, social en vue d’un développement durable de nos Etats.

Il a indiqué que le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme constituent deux fléaux qui anéantissent les efforts de nos Etats à bâtir une économie régionale forte et à assurer un mieux-être à tous et à chacun.

Aussi, le Premier dit avoir trouvé les réformes proposées par les participants, en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, assez pertinentes.

Cela, d’autant que les processus d’évaluation nationale des risques (ENR) et les processus d’évaluation mutuelle de nos dispositifs ont clairement montré que nos Etats restent encore vulnérables à la criminalité transfrontalière.

Tout en promettant de transmettre les conclusions des travaux au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, le chef du gouvernement a déclaré que la lutte contre la criminalité transfrontalière est une question stratégique qui requiert des solutions concertées et immédiates.

«Il faudra pour cela unir nos forces pour atteindre les objectifs d’émergence et améliorer ainsi les conditions de vie de nos population», a-t-il déclaré.Le réseau des Centif de l’UEMOA constitue à ses yeux la parfaite illustration de la solidarité ainsi que la parfaite coopération entre les Centif.

La cérémonie a pris fin par la présentation au chef du gouvernement, de la maquette du futur siège du Centif du Mali, par son président, Marimpa Samoura.

Abdoul Madjid Sanogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here