Dialogue national inclusif : « un espace d’humiliation et d’arnaque populaire », dixit Aboubacar Siddick Fomba

Ouverts officiellement le samedi 14 décembre 2019, les travaux de la phase nationale du Dialogue national inclusif (DNI) sont en cours au Centre international de conférence de Bamako (Cicb). A en croire le président de l’Adepm, Aboubacar Siddick Fomba, le DNI est un espace d’humiliation et d’arnaque populaire.

Selon lui, son parti ne participera pas à ce dialogue qui est une arnaque populaire. Le DNI, selon le président Fomba, a pour objectifs, entre autres, la validation de la partition du Mali; le remplacement de l’armée républicaine par une armée reconstituée sectariste, raciste et indépendantiste; la révision constitutionnelle pour appliquer l’accord d’Alger de partition du Mali ; le soutien à la force Barkhane terroriste au Mali et à la Minusma dont la mission réelle est de maintenir l’armée malienne sous embargo, avec un objectif réel de la recolonisation militaire du Sahel par la France et la dilapidation des ressources de l’Etat pour soutenir le président de la République IBK qui a échoué sur tous les plans par son manque de leadership.

Aux dires du président de l’Adepm, l’APG a bien précisé les piliers du DNI qui sont : la révision constitutionnelle; l’application de l’accord d’Alger de partition tel que décrit dans son mécanisme et le soutien aux forces étrangères (soutien à l’accord de défense militaire entre la France et Mali et à la Minusma).

« En invitant la CMA à participer au DNI, les organisateurs savent bel et bien que l’article 65 de l’APR est un obstacle à la relecture », a indiqué M. Fomba. A l’en croire, c’est même d’ailleurs bien précisé dans l’APG qu’il s’agit d’une appropriation du processus de paix par les participants au DNI.

« Alors, l’humiliation, c’est de faire croire que les participants ne savaient pas l’article 65 », précise Dr. Fomba. Autre humiliation, poursuit-il, c’est de montrer à l’opinion internationale que le président de la République IBK n’a pas lu l’Accord d’Alger et ne savait pas que l’article 65 interdisait sa déclaration unilatérale et populiste de relecture de certaines dispositions de l’Accord d’Alger lors de son adresse à la Nation. « Dans tous les cas, l’échec du DNI aura pour conséquence la démission du président de la République pour incapacité et incompétence », conclut M. Fomba. Avant de lancer un appel à toutes les forces vives de la nation à se donner la main pour l’organisation d’un congrès extraordinaire du peuple dans les jours très proches qui discutera du Mali et des problèmes réels avec les solutions appropriées.

Tientigui

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here