Aissata Diakité, fondatrice du groupe ZABAN : « Notre objectif est d’aller, d’ici à fin 2020, dans toutes les régions »

Le Parc d’exposition de Bamako a ouvert ses portes le jeudi 16 janvier 2020 pour la 13ème édition de la foire internationale de Bamako. Durant deux semaines, les entrepreneurs du Mali et d’ailleurs vont promouvoir leurs produits. A cette occasion, nous avons approché la fondatrice du groupe Zaban, une société qui transforme les produits locaux. Au cours de notre entretien, la présidente dudit groupe, Aïssata Diakité, nous a parlé de ses produits, la vision de sa société et les perspectives.

Le groupe Zaban est une entreprise évoluant dans le domaine de l’agroalimentaire. Créé en 2015, le groupe Zaban est composé d’une trentaine de personnes majoritairement jeune, il valorise les produits locaux. Elle transforme les fruits et plantes tels que les lianes, mangues, gingembre, etc.

Ladite entreprise est sur place, au parc d’exposition, pour la 13ème édition de la foire internationale de Bamako qui se déroule du 16 janvier au 02 février 2020. A cette occasion, la présidente de l’entreprise, Aïssata Diakité, non moins fondatrice du groupe, nous a accordé un entretien sur son entreprise.

Selon la directrice fondatrice, le groupe Zaban est une entreprise évoluant dans l’agroalimentaire équitable et le conseil basé ici au Mali. A ses dires, l’entreprise valorise les produits locaux, à savoir les super fruits, les fleurs, les feuilles et les tiges. « Nos produits phares, c’est d’abord la gamme Zaban, composé de 10 produits. Elle est une gamme de jus fruité 100% naturel et nutritionnel », laisse-t-elle entendre, avant de préciser que tout est fait à base de nos produits locaux. Aussi, l’entreprise produit des jus de Zaban, mangue, goyave et des cocktails, poursuit-elle. Puis, la gamme de tisane, consommable à n’importe quel moment de la journée. Cette gamme de tisane est faite aussi à base des plantes, à savoir le kinkéliba, la citronnelle, le moringa, le gingembre et autres, affirme Aïssata Diakité. Il faut noter qu’il y a une gamme de confitures de mangue, de zaban, de la fleur d’ibiscus.

Cette entreprise doit sa naissance à la passion d’Aïssata Diakité pour la valorisation des produits nationaux. Animée par cette passion pour la valorisation de nos produits, Aïssata Diakité après ses études d’ingénieures en agroalimentaire n’a pas hésité se lancer sa société. «J’avais toujours l’idée de valoriser nos produits locaux et de sortir une marque qui a une histoire, qui a des valeurs qui peuvent être vendues sur le marché local et à l’international », a-t-elle martelé.

Malgré la prospérité de l’entreprise, quelques difficultés y sont constatées, déplore la fondatrice. Parmi elles, l’écosystème. Pour Aïssata Diakité, l’écosystème malien n’est pas très favorable aux entrepreneurs. A cet effet, elle lance un message aux autorités de mieux protéger les entreprises. « Nous sommes soumis à une production locale et le marché local est inondé par des produits importés, des produits qui ne payent pas de TVA et qui nous concurrencent beaucoup », déplore-t-elle. « Même dans les rayons des supermarchés, souvent l’accès est assez difficile pour les produits locaux parce qu’on n’a pas d’appui à ce niveau », indique la directrice de Zaban.

En ce qui concerne la représentativité du groupe à l’intérieur du pays, la fondatrice affirme que l’entreprise n’est pas représentée partout. Cela est lié à diverses raisons dont l’insécurité. Par ailleurs, elle a promis de couvrir toute l’étendue du territoire national d’ici la fin de l’année. « Notre objectif est d’aller, d’ici à fin 2020, dans toutes les régions », promet-elle.

Parlant des difficultés, madame Diakité estime qu’entreprendre, « c’est résoudre des difficultés tous les jours ». A l’en croire, ils sont confrontés à plusieurs difficultés. D’abord l’accès aux différentes localités est un problème, car le Mali est un pays enclavé, souligne-t-elle. A cela s’ajoutent les difficultés des emballages. A l’en croire, dans toute la sous-région en Afrique de l’Ouest, il n’existe aucune usine de production d’emballage. De surcroit, les équipements ne sont pas fabriqués ici. Ce qui rend difficile certaines recherches pour améliorer la production, sans oublier le manque d’appui financier de l’Etat.

Mais, la présidente compte sur ses propres efforts. Elle rassure de se battre pour tenir. «Dans l’avenir, nous comptons renforcer la production et nous attaquer à la sous-région», déclare-t-elle. D’ores et déjà, il y a beaucoup de demandes, on va se donner les moyens pour les atteindre, rassure-t-elle. Avant de terminer, Aïssata Diakité a félicité toutes les entreprises féminines qui se lancent dans l’industrie au Mali, malgré les difficultés.

Soulignons que les produits Zaban varient entre 300 F CFA et 2500F CFA selon la gamme. Par exemple, les jus sont à 300F CFA, les tisanes commencent à partir de 1000 jusqu’à 2500 et les confitures sont à 1000F.

Pour consommer malien, n’hésitez pas de contacter le 90-00-89-11.

Oumar SANOGO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here