Mossa Ag ATTAHER, Porte-parole de la CMA « Nous sommes face à des réalités qui ne peuvent plus attendre »

Cette session de haut niveau du comité de suivi de l’Accord est intervenue à un moment où elle était très attendue. Nous sortons de 5 longs mois au cours desquels rien ne s’est passé à cause des blocages qui sont nés du report du CSA qui était prévu à Kidal. Depuis lors, la mise en œuvre de l’Accord a énormément souffert de cette situation. Du coup, toutes les parties se sont engagées, depuis un certain moment dans une nouvelle dynamique qui a débouché sur ce CSA de Haut niveau. Comme vous l’aurez remarqué, ce CSA est intervenu à un moment clé. Un moment crucial, par ce que nous sortons du Dialogue national inclusif qui a été une bouffée d’oxygène pour tous les Maliens par ce qu’il a permis à tous les Maliens de se parler et de sortir avec des résolutions et des recommandations qui inspirent beaucoup d’espoir et d’attende chez les populations. Donc, le CSA a noté cela et a félicité le Gouvernement et le président de la République. Nous sommes face à des réalités qui ne peuvent plus attendre. Nous avons les questions sécuritaires, des questions politiques et institutionnelles, nous avons les échéances importantes, il faut faire avec tout ça. Il faut y aller rapidement. Pour ce qui est des mesures de sécuritaires, nous avons à l’unanimité adopté la recommandation qui demande à ce que les bataillons de l’armée reconstituée soient rapidement redéployée dans toutes les régions du nord. Ça a presque commencé, il y avait de petits soucis, mais à présent, je pense qu’il y a une entente aussi bien sur les effectifs, leur constitution, leur répartition, mais aussi leur redéploiement. Je pense que c’est un acquis dont il faut se féliciter. Le CSA a pris note également des prochaines échéances électorales prévues, plus tard, au mois de mai. Il s’agit des élections législatives. Il y a eu des discussions sur les liens entre ces élections et les questions de la réorganisation du territoire et de la révision de la constitution. Nous sommes face à une année de défis. Face à des défis aussi importants et énormes, la meilleure réponse, c’est celle-là que nous avons apporté : se retrouver et agir très rapidement pour sortir le pays des difficultés.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here