« Awn Ko Mali Dron » face à la presse : La situation du Mali est inquiétante !

La situation sécuritaire et sociale du pays est inquiétante voire angoissante à cause de la mauvaise gouvernance et de la gabegie financière dans la gestion des maigres ressources financières de l’Etat. C’est là le constat fait par Mme Sy Kadiatou Sow, présidente de la Plateforme « Awn Ko Mali Dron », lors d’une conférence de presse, le samedi dernier. Occasion pour ce regroupement de se prononcer sur la tenue du Dialogue national, la situation sécuritaire du pays qui ne cesse de se dégrader et l’organisation des élections législatives prévues pour le mois de mars prochain.

Selon Mme Sy Kadiatou Sow, les craintes de la plateforme sur le caractère non inclusif du dialogue, se sont avérés juste. : « Le DNI n’a pas réussi à mettre en place un mécanisme indépendant de suivi évaluation doté d’un pouvoir d’action ou d’injonction ». Aussi, la plateforme dénonce la façon dont les débats ont été menés : le dialogue est formaté. L’objectif principal du gouvernement était de faire accepter la révision constitutionnelle et les élections législatives en conformité avec les engagements de l’accord politique de gouvernance, en témoignent les principales résolutions brandies parmi de nombreuses autres recommandations pertinente de certaines commission », a affirmé Mme Sy. Kadiatou Sow.

Cette situation n’étonne guère la présidente de la Plateforme : « Dès le début, le processus a été conçu de manière unilatérale par le Président et ses alliés (dès l’élaboration des TDR, le format, le contenu, le choix des organes et personnalités devant conduire le DNI, le processus décisionnel). Résultat : C’est un dialogue « administré » la forte présence des représentants de l’administration et l’influence du pouvoir politique tout au long du processus ont faussé les débats ».

Concernant les sujets débattus, la présidente de la Plateforme a indiqué que des questions fondamentales, telles ; « la relecture de l’APR, la révision constitutionnelle, l’amélioration du cadre législatif et réglementaire et la bonne administration des élections n’ont fait l’objet de débats profonds conduisant à des propositions. Comment ne pas en conclure que le DNI a été « orienté ». Le caractère souverain n’est indiqué nulle part dans les résolutions : encore une fois les résolutions des assises n’ont aucune force contraignante et leur sort est lié à la libre décision du Président de la République ».

La situation sécuritaire ? Mme Sy Kadiatou Sow dira qu’elle est en plus d’être inquiétante, voire angoissante ! Ce sont les fondements de l’unité nationale, de la cohésion sociale qui sont atteints et les espoirs de développement qui s’éteignent. Face à cela les Maliens doivent prendre leur responsabilité : « Je pense très sincèrement que les Maliens se doivent d’assumer eux-mêmes, parce que chaque partenaire du Mali qui vient ici, vient avec des intentions particulières. Comme on le dit, chacun vient en réalité pour défendre ses propres intérêts d’abord. Donc, il n’y a pas grand-chose à attendre de ces gens-là. Nous pensons (au niveau de notre plateforme Anw Ko Mali dron) que le Mali aussi doit défendre son intérêt tout simplement. C’est bon de décrier les autres et de dire que la faute vient d’eux, mais qu’est-ce que nous-mêmes, faisons pour défendre nos intérêts face à la France et aux autres puissances étrangères ? Il y a des responsabilités qu’il faut situer, mais le plus important est notre propre volonté politique et notre engagement pour le Mali. Si nous dégageons une feuille de route et disons aux autres voilà ce que nous voulons, ils seront obligés de nous suivre… », assène la présidente de de Awn Ko Mali.

Pour elle, l’ébullition permanente du front social est de la responsabilité du pouvoir : « en raison essentiellement du non-respect des engagements tenus pour calmer les mouvements de grève ou de colère des populations excédées par la mauvaise gouvernance. Les opérateurs économiques continuent de courir derrière leurs paiements par le Trésor Public et les ménages vivent dans l’angoisse du lendemain. Les autres doivent serrer la ceinture et consentir des sacrifices pour financer l’effort de guerre, alors qu’aucune réduction significative du train de vie de l’Etat et notamment de son chef n’est visible, bien au contraire ! », souligne la présidente de Awn Ko Mali.

Quant à la tenue des élections législatives en mai 2020, elle a fait part de son scepticisme : « Les mêmes conditions qui ont prévalus aux reports successifs demeurent. La situation sécuritaire s’est dégradée. Le fichier électoral pose toujours problème. Nous risquons d’assister à des élections biaisées ».

Mémé Sanogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here