Choguel Kokalla Maiga à propos des manifestations qualifiées de « sentiment anti-français » sur TV5 monde : « Ce sentiment, c’est contre le manque de résultat… »

Le président du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR), Dr Choguel Kokalla Maiga était, le dimanche dernier, l’invité du journal d’Afrique sur TV5 Monde. Il a saisi l’occasion pour préciser qu’il n’y a pas de sentiment « anti-français » au Mali, mais plutôt un sentiment de protestation « contre le manque de résultat ».

L’ancien ministre de la Communication et de l’Économie numérique a d’abord déploré les difficultés auxquelles fait face le peuple malien. Ce danger qui pèse sur le Mali, estime-t-il, menace aussi toute la sous-région. Mais le collaborateur du Chef de file de l’opposition trouve, au même moment, que le mal sera vaincu si les Maliens se donnent la main. « C’est dans ces périodes difficiles que les grands peuples doivent faire preuve de beaucoup de sérénité et appeler au sursaut patriotique », a-t-il déclaré.

La question de la volonté de Pr Diancounda Traoré de négocier avec les chefs djihadistes Iyad et Amadou Kouffa était aussi à l’ordre du jour. A ce niveau, Choguel ne s’oppose pas à l’initiative mais reste sceptique quant à sa réussite. « On ne doit jamais refuser le dialogue mais la façon que le gouvernement en place travaille me pousse à croire qu’il ne faut pas attendre grande chose à cette mission », a martelé l’ancien patron de l’AMRTP.

Parlant de la crise malienne, Choguel maintient sa position : le diagnostic qui a été fait est mauvais. Les problèmes de développement et d’autres raisons avancées par les groupes séparatistes ne sont pas fondés. Parlant de la solution, il propose de faire le bon diagnostic et dire la verité à ceux dont le projet est la partition du Mali. « Il faut qu’on dise la vérité aux mouvements séparatistes. Il faut qu’ils abandonnent leur projet », a-t-il laissé entendre. Quant à la communauté internationale, le président du MPR lui demande de jouer le franc jeu avec l’État malien.

Se prononçant sur les manifestations qui sont qualifiées « de sentiment anti-français », Choguel Kokalla Maiga a été on ne peut plus clair : « je le (sentiment ant-français) comprend même si je ne l’approuve pas totalement. Ce sentiment, en réalité, n’est pas contre la France. C’est contre les amalgames qui sont fait, contre le manque de résultat et contre ce qu’on considère comme la complicité avec les groupes armés ».

Il a, par ailleurs, dénoncé l’incompétence et « l’irresponsabilité » du gouvernement malien dans la gestion de la crise.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here