Législatives en commune IV : ces candidats qui veulent ouvrir une nouvelle page de l’histoire politique

La trentaine en moyenne, ils sont talentueux, bosseurs. Ils excellent, chacun dans son domaine d’activité. Ils sont surtout très ambitieux. Zoom sur ces jeunes qui aspirent à révolutionner le paysage politique en commune IV.

Ils se nomment Hamady Sangaré, Assane Sidibé, Assétou Sangaré, Oumar Diop ou encore Oumar Bassy Sanogo. Ces jeunes veulent jouer les premiers rôles dans la commune en briguant les deux sièges à pourvoir à l’hémicycle.

Ils ont des parcours professionnels certes différents, mais ils ont un dénominateur commun : leur jeunesse et leurs ambitions politiques.

Hamady Sangaré alias Zé est un opérateur économique prolifique. Il préside une association dénommée AJA. Avec ce mouvement politique, il a été l’un des acteurs majeurs de la réélection du président IBK. Philanthrope très actif dans la commune IV et environs, Hamady Sangaré est très proche des populations et contribuent beaucoup à l’animation des activités de jeunesse. Discret, courtois et humble, il a financé plusieurs formations en informatique et savonnerie pour les jeunes et les femmes et aussi équipé beaucoup d’associations féminines en kits et fonds de commerce. Ses zones de prédilection sont surtout les quartiers périphériques de la commune. Il est candidat aux législatives prochaines et espère que les femmes et les jeunes lui renvoient l’ascenseur. C’est d’ailleurs eux qui ont suscité sa candidature.

Assane Sidibé, élu communal et entrepreneur, est aussi sur la liste des jeunes qui briguent un siège à l’hémicycle. Colistier de l’ancien Premier ministre Moussa Mara, Sidibé a bâti sa notoriété sur des actions sociales en faveur des couches vulnérables de la commune. De revêtement de routes à la réalisation de forages en passant par la distribution de vivres aux nécessiteux, il a tout d’un bon samaritain au service des populations.

Assétou Sangaré, présidente du parti PRD, est l’une des figures montantes de la politique en commune IV. Très active et combattantes des causes nobles. Elle a bâti sa notoriété au sein du parti Yelema, où elle a joué les premiers rôles. Pour des questions de vision, elle quitte le parti pour rejoindre le Psda, en qualité de vice-présidente. Quelque temps après, Assétou Sangaré lance, avec ses camarades, le PRD. Très versée dans le social, elle est toujours à l’écoute des populations éprouvées qui ne désemplissent pas sa salle d’attente, au siège du parti, ou son salon, à la maison. La présidente du PRD jouit d’une très grande notoriété au sein de la communauté où elle offre des bourses d’études à des enfants démunies ou encore prend en charge les frais médicaux de personnes indigents. Il faut compter avec elle, car ce n’est pas dans ses habitudes de faire de la figuration.

Oumar Diop, journaliste et enseignant de son état, ne veut pas rester en marge de l’écriture de la nouvelle page de l’histoire politique de sa commune. Fondateur et Directeur de publication du journal ‘’L’Impartial’’, il pense qu’il est temps que la jeunesse prenne son destin en main et joue le rôle de décideur pour les populations. L’enseignant populaire auprès des jeunes et des femmes compte sur cette couche pour faire aboutir son projet. Pour le siège de parlementaire, nul doute qu’il a le talent et le niveau intellectuel pour défendre la cause du peuple à l’hémicycle.

Oumar Bassy Sanogo, directeur commercial de Samsung Mali, est bercé depuis sa petite enfance par le son de la politique malienne. Ancien camarade politique du jeune Assane Sidibé au sein d’un mouvement politique dénommé ‘’Collectif-action-vérité’’ dont il se retira, militant de l’Adema Pasj, il jette l’éponge lorsque la section a préféré la fille de l’ancien président Dioncounda Traoré à lui, lors des primaires des législatives avortées de 2018. Il rejoint alors les rangs du parti Prvm-Faso dont il est le porte-étendard dans la commune pour les législatives à venir. Bassy Sanogo a à son actif plusieurs réalisations dont la route Lassa-Lafiabougou. Très actif dans les mouvements de jeunesse, il compte sur ses amis pour se faire élire.

Pour sûr, ces jeunes ont tous du potentiel et sont engagés chacun en fonction de ses moyens auprès des populations. Ils sont animés par la volonté d’apporter un plus à la commune IV. Que le meilleur gagne alors.

A suivre.

Harber MAIGA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here