Gousno, libre: « Nous ne devrons jamais courber l’échine face à l’autocratie et l’abus »

Après plus d’un mois de détention à la Prison Centrale de Bamako, Ousmane Diarra dit Gousno salue l’indépendance de la Justice malienne, tout en maintenant la cap. « Ni la prison, ni les intimidations ou les menaces » ne nous fera courber »l’échine face à l’autocratie, et à l’abus », a-t-il posté sur le mur de son compte Facebook. Intégralité.

Mes cher(es) Camarades Jeunes du Mali . Je rends grâce à Allah le tout-puissant , en ce vendredi saint de nous avoir montrer ce jour pour la victoire de la justice face aux mensonges, et à la manipulation. Avec mon camarade Sory Diarra, nous venons de recouvrir notre liberté après plus d’un mois de détention à la prison centrale pour la cause noble de la jeunesse du Mali .
Aujourd’hui est un grand jour mes chers camarades, mais pas une fin en soit.
Nous remercions vivement tous les camarades, les personnes ressources , les anonymes, bref toutes les personnes épris de justice, dont leurs seules rêves restent la cohésion et surtout la valeur de la jeunesse malienne pour assurer un avenir meilleur pour notre pays .

Nous demandons à l’ensemble de la jeunesse malienne de rester mobiliser plus que jamais pour mener à bien notre lutte pour l’indépendance de la jeunesse au service exclusif de notre nation, loin des manipulations, et des considérations partisanes.

Mes chers camarades aucun sacrifice n’est et ne sera de trop pour atteindre cet objectif. Ni la prison, ni les intimidations ou les menaces.

Mes chers camarades notre capacité de résilience fera le Mali de demain. Nous ne devrons jamais courber l’échine face à l’autocratie, et à l’abus . Le peuple et l’ensemble de la jeunesse malienne compte sur nous pour garantir cette indépendance.

Mes chers camarades , jeunes du Mali, nous sommes très réconfortés malgré notre séjour en prison, nous avons réalisés que notre lutte est noble et que la jeunesse est majoritairement lésée au profit d’un groupuscule qui veut vivre de cette jeunesse. Nous disons non à cela , et nous mènerons une lutte implacable pour empêcher ses suceurs de sang de la jeunesse malienne . Cette lutte , nous la mènerons en toute légalité et responsabilité, sans violence, ni haine, dans le respect de la justice.

Mes chers camarades permettez moi de rendre un vibrant hommage à la justice malienne, aux hommes et femmes qui se battent aux quotidiens pour donner la grandeur et l’indépendance de cette justice malienne. Aidons les à mieux rendre la justice dans le strict respect du droit . Aucun pays ne se construit sans l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Aujourd’hui nous pouvons espérer mes chers camarades a un début, encourageons les , il y va de l’avenir de notre pays . Aucun pays ne peut se développer sans la justice.

Mes chers camarades, encore une fois merci pour votre mobilisation, et surtout votre sens de responsabilité.

Mandela prisonnier , et surtout héros de la lutte pour l’émancipation et la liberté du peuple noir d’Afrique du Sud disait :

Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse. » « Être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. »

Alors mes chers camarades jeunes restons mobiliser pour la liberté de la jeunesse du Mali .
La lutte ne fait que commencer.

Unis nous bâtissons. Merci les bâtisseurs.

icimali

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here