Elections législatives du 29 mars prochain : Le Gouvernement entre plusieurs feux

Le duo IBK-Boubou Cissé sont-ils dos au mur ? Ils font face à de multiples pressions, à des défis multiformes qui font que le bout du tunnel ne semble pas à portée de main…

-Maliweb.net- Le mandat des députés étant largement expiré(après la double prolongation de la législature), il est apparu urgent d’aller aux élections législatives avant le 2 mai prochain. Telle a été l’une des résolutions fortes du Dialogue national inclusif de la fin décembre 2019.

Seulement, il faut avouer que le contexte sécuritaire est plutôt fortement défavorable à la tenue de ce scrutin, du moins sur certaines parties du territoire national. L’on se retrouve donc dans une situation de quasi dilemme. Comment gouverner le pays et assurer sa stabilité politico-institutionnelle avec une Assemblée Nationale illégitime ? Comment aussi aller à des élections législatives transparentes et crédibles dans un contexte aussi lourd de suspicions d’attaques terroristes à maints endroits ? Comment améliorer la donne sécuritaire sans un arsenal législatif conséquent ? Comment pacifier le pays sans impliquer des relais locaux comme des députés faiseurs de paix et catalyseurs du vivre-ensemble ?

Le gouvernement malien se retrouve donc dans une situation où il est pris entre plusieurs feux, plusieurs urgences. Il doit, malgré la tension de trésorerie,affecter25% de son budget aux forces de défense et de sécurité (en vue de lutter contre le terrorisme), trouver des ressources substantielles pour calmer la grogne sociale (les grèves s’amoncellent), parvenir à organiser des élections législatives avec près de 15 milliards F CFA, éponger la dette intérieure du pays pour permettre aux Maliens de vivre….

Cette équation n’est point aisée à résoudre au Premier ministre Boubou Cissé, non moins ministre de l’Economie et des finances, qui commence à être de plus en plus contesté pour ses choix stratégiques.

La tâche est plus ardue aux gouvernants dans un environnement où des soupçons de détournements de fonds publics meublent encore les colonnes des journaux. Le tout avec des attaques quasiment au quotidien et dans un mal-vivre généralisé qui fait s’interroger sur le lendemain. Avec un IBK éreinté par l’exercice du pouvoir qui semble avoir laissé les manettes du navire à son jeune sixième chef du gouvernement. Ne sommes-nous pas mal barrés ? Vivement, le bout du tunnel

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here