Lettre à grand-père

Cher grand-père…

Dans cette 41ème lettre moi aussi, je vais fermer mon œil gauche et te dire toute la vérité et rien que la vérité sur les nouvelles du Mali. Cher grand-père, Le carnage bat son plein dans le Centre et le Nord. Les attaques sont choses courantes. Les FAMa et les civils sont tués à longueur de journée. Des hommes, des femmes et des enfants.

En même temps, les fêtes et les festins se succèdent à Bamako. Des concerts et autres. Je ne peux même pas te dire combien coûtent certains billets ou sur quoi portaient les festins. Ce sont les morts sont qui morts, la vie continue. Hélas !

Cher grand-père, cette semaine, c’est la semaine de négociation avec les terroristes. Ha ! Oui grand-père, je n’ai jamais cessé de dire que la crise est très mal gérée. Il ne fallait pas être monstre dans la lutte contre le monstre. Je l’ai décrié depuis toujours. Le monstre s’en est servi et s’est renforcé. Aujourd’hui nous voilà à l’impossible négociation avec lui. Oui ! Une négociation impossible ! Quand même sur la paix !

Cher grand-père, je me dis peut-être que toi aussi tu n’as pas compris ce qu’est le TERRORISME ? Oui c’est très difficile à comprendre, grand-père. Le Terrorisme n’est pas comme une rébellion où une zone ou une ethnie se révolte et pose des revendications. Qu’il suffit de tuer, de vaincre ou de convaincre pour mettre fin au conflit. Non, grand-père, le terrorisme va au delà de tout ça.

Cher grand-père, celui qui vend la sécurité (armes et appuis), ne trouve son intérêt que dans l’insécurité. Suis mon regard. Et le terrorisme est cette guerre où il est presque impossible de trouver un consensus. Car il ya des commanditaires (industriels d’armes et de pétrole), très puissants qui gouvernent tous les gouvernements (Etats occidentaux et organisations), et des commandités (terroristes), recherchés par tous les gouvernements. Les terroristes commandités ne doivent leur survie (protection et financement) qu’à l’exécution de leur mission : Semer la terreur, créer la peur afin les armes et les appuis soient vendus, le plus chèrement possibles. Donc je ne sais pas avec qui négocier. Est-ce les commandités placés entre le marteau et l’enclume ou les invisibles puissants commanditaires ou bien les gouvernements mondiaux ?

Cher grand-père, voici un peu le grand complot qui se trame derrière le terrorisme sans oublier toutes les stratégies locales de recrutement. C’est pourquoi je voulais même demander à l’Etat si au moins on a réfléchi à la prochaine ruche de recrutement. Aujourd’hui ce sont les Peulhs, hier c’était les barbus têtes rasées, demain ce sera qui ? Quand même qu’on ne pense pas à une fin de baquette magique à ce fléau.

Cher grand-père, toujours comme je  te l’ai dit c’est la semaine des négociations. L’avenir du Mali aussi est en négociation. Le gouvernement et les enseignants se volent maintenant. Et on espère que d’ici le 11 mars, des mesures de sauvetage de l’année vont être prises. Pour au moins ne pas payer gratuitement une année entière. Car au Mali c’est cela qui importe et non l’avenir. Bon je vais négocier l’ouverture de mon œil gauche et voir où je suis. Dieu merci, je suis à la gare et voilà ta lettre et à mardi prochain. Inch’Allah !

Lettre de Koureichy

 

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here