ECONOMIE: Les travaux du processus  budgétaire 2021 lancés

Mme Barry Awa Sylla, ministre délégué au Budget près du ministre de l'Economie et des Finances et  représentante du Premier  ministre  a présidé, ce lundi 17 février 2020 à Bamako, la conférence de lancement sur le processus budgétaire 2021. Pour la circonstance, Mme Barry  a fait part de l'évolution de l'économie du Mali, mais aussi des thèmes importants sur ledit processus.

Le Mali est en mode budget-programmes, depuis le 1er janvier 2018. Une reforme salutaire, mais qui doit être expliquée à tous les acteurs intervenants dans le processus d’élaboration de ce budget en mode programmes. Comme, l’année dernière, une Conférence de lancement sur le processus budgétaire a permis donc aux invités de débattre autour de quatre thématiques.

La journée de conférence s’est déroulée autour de quatre panels. Le premier avait pour thème: «Amélioration de la programmation budgétaire pour l’atteinte du dividende démographique». Le panel 2 a porté sur «Bilan de la mise en œuvre de la période transitoire du budget-programmes». Le panel 3 avait pour thème: «Problématique de la gestion des investissements en mode AE/CP». Le thème du dernier panel était: «Budgétisation sensible au genre : enjeux et défis».

Cette conférence sur le processus budgétaire 2021 revêt un caractère particulier puisqu'il s'agit du lancement des travaux de préparation du budget d'Etat de l'année 2021

Selon, l'Ambassadeur d'Allemagne que l'année dernière, le gouvernement du Mali a relevé beaucoup de défis budgétaires. Mais des nombreux autres défis restent encore à relever ensemble. Même si le redressement des revenues en 2019 a été réussi, les travaux sur les réformes pour améliorer la mobilisation des ressources propres de l'état doivent continuer. Le Mali a besoin de plus de revenues pour pouvoir faire face au défi démographique. L'appui des PTF, même s'il a augmenté les dernières années, ne peut seulement contribuer qu'à une petite partie des besoins pour financer le système éducatif, permettre l'accès à l'eau et à la santé pour tous ou investir dans les infrastructures. Nous nous devons ensemble de maintenir avec pédagogie et constance le cap des réformes, et cela malgré les éventuels vents défavorables et autres résistances aux changements a dit M. Dietrich POHL, Ambassadeur d'Allemagne et chef de file de PTE

Pour sa part, le directeur national du budget a axé sa présentation sur l’état des finances publiques, à savoir la situation de l’exécution provisoire du budget rectifié 2019, les orientations et priorités de la politique budgétaire 2020 et les perspectives.

De cette présentation, il ressort que 50% des dépenses 2020 pour la mise en œuvre de l’Accord seront consacrées à l’appui aux actions APR, 25% aux élections et 15% à l’opérationnalisation des nouvelles régions.

Sidiki Traoré a indiqué que le contexte macro-économique est assez favorable avec une croissance stable et solide depuis 2017, qui se situe en moyenne à 5,02% entre 2017 et 2021. L’inflation (moyenne annuelle) demeure contenue dans la norme communautaire de l’Uemoa. Cependant, a-t-il dit, les challenges sont multiples sur le plan budgétaire. Le Mali est à sa troisième année de réformes et fait face à une faible mobilisation des recettes budgétaires représentant près de 17% du PIB, alors que l’endettement est maîtrisé avec moins de 30% du PIB. Le directeur national du budget a expliqué que les axes prioritaires pour la politique budgétaire 2020 sont la consolidation des efforts d’assainissement des finances publiques, la consolidation des acquis en matière de défense et de sécurité, la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation ; la poursuite des efforts dans les secteurs prioritaires, l’amélioration des conditions des travailleurs et la poursuite de la décentralisation et de la déconcentration budgétaire.

Quant à Mme Barry Aoua Sylla, ministre déléguée auprès du Premier ministre, elle dira que la rencontre revêt un caractère particulier. À cet effet, elle évoquera l’évolution de l’économie malienne et les thèmes importants pour le processus budgétaire 2021, à savoir l’amélioration de la programmation budgétaire pour l’atteinte du dividende démographique ; le bilan de la mise en œuvre de la période transitoire du budget-programmes ; la problématique de la gestion des investissements en mode AE/CP et les enjeux et défis de la budgétisation sensible au genre. Mme Barry Aoua Sylla a expliqué que sur le plan national, les performances macroéconomiques récentes se sont poursuivies avec un taux de croissance qui devrait s’établir à 5,0%. Quant à l’inflation, le taux était de 1,6% en 2019, alors que le taux de pression fiscale devrait remonter à 14,9% du PIB. Et la ministre déléguée auprès du Premier ministre chargé du Budget, d’annoncer que l’amélioration de l’exécution budgétaire se traduira en 2020 par un double objectif d’intensification de la mobilisation des ressources intérieures et de maîtrise des dépenses. Aussi, il est prévu une modification de la Loi de finances 2020.

Mme Barry Aoua Sylla a remercié l’ensemble des partenaires techniques et financiers qui accompagnent le gouvernement dans la mise en œuvre de sa politique budgétaire en général et de la réforme des finances publiques en particulier.

Etaient présent à cette rencontre, le directeur général du Budget Sidiki Traoré, de l'Ambassadeur de la République fédérale d'Allemagne, S.E Dietrich Becker, non moins Coordinateur du Groupe Thématique Économie et Finance, mais aussi les hauts cadres de l'administration financière et les représentants des partenaires techniques et financiers du pays.

Bocar Napo stagiaire

SOURCE la lettre du Mali

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here