Coronavirus : chloroquine, colchicine, avigan… quels sont les traitements actuellement à l’étude ?

Dans la lutte contre le Covid-19, de nombreux tests sont en cours pour trouver un traitement et certains sont encourageants, notamment ceux réalisés avec des médicaments utilisés habituellement contre les maladies chroniques.

Face au nouveau coronavirus qui suscite encore beaucoup d’interrogations, de nombreux tests sont réalisés aux quatre coins de la planète pour trouver un traitement immédiat pour les personnes infectées par le virus.

La chloroquine

L’un des plus avancés et des plus prometteurs est la chloroquine. Le très réputé professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut Méditerranée Infection à Marseille, est persuadé que la chloroquine peut être utilisée comme traitement du nouveau coronavirus. Des médecins chinois ont utilisé ce médicament contre le paludisme comme traitement du Covid-19 au plus fort de l’épidémie dans le pays et disent avoir obtenu de bons résultats. Le professeur Raoult a réalisé un test clinique avec une association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine qui se serait montré efficace sur 24 patients de l’IHU de Marseille. Néanmoins, la mise en place de ce traitement à grande échelle fait encore débat dans le milieu médical.

La colchicine

Au Canada, des chercheurs ont lancé une étude visant à tester les effets d’un anti-inflammatoire très puissant, la colchicine, sur les complications pulmonaires engendrées par la coronavirus. Jean-Claude Tardif, le directeur de l’étude, et son équipe pensent que la colchicine pourrait réduire l’inflammation causée par le virus. Comme il l’a confié à Radio Canada, le docteur Tardif veut recruter environ 6000 patients en huit semaines et espère avoir une réponse complète d’ici 3 mois.

L’avigan

Le ministère chinois de la Science et de la Technologie a annoncé mardi qu’une filiale du groupe japonais Fujifilm avait développé un traitement très efficace pour traiter le nouveau coronavirus. Il s’agit de l’Avigan, un traitement composé de favipiravir. Des essais cliniques ont été menés auprès de 200 patients dans des hôpitaux de Shenzen et Wuhan. Les résultats ont démontré que le favipiravir réduisait le temps de guérison des patients. Quatre jours en moyenne contre onze habituellement. La fièvre disparait après 2,5 jours en moyenne, contre 4,2 jours pour les patients qui n’ont pas suivi le traitement.

Le remdesivir

Pas efficace contre le virus Ebola pour lequel il a été développé, le remdisivir est un antiviral du laboratoire Gilead qui serait prometteur pour lutter contre le nouveau coronavirus, d’après des médecins. Testé depuis le début du mois de mars en Chine sur 1000 patients, les résultats devraient être connus au début du mois d’avril. Le remdisivir se modifie à l’intérieur du corps humain pour ressembler aux nucléotides, l’un des quatre constituant de l’ADN. Lorsque les virus se répliquent, ils le font “rapidement et un peu négligemment”, selon les dires du virologue Benjamin Neuman à l’AFP. “Le remdesivir pourrait être incorporé dans le virus lors d’une de ces réplications. L’antiviral ajouterait au virus des mutations non désirées qui pourraient le détruire”, a-t-il ajouté.

Dérive du plasma sanguin

Bien que non médicamenteux, le traitement de l’entreprise japonaise Takeda Pharmaceutical est très prometteur. Il dérive du plasma sanguin prélevé sur des patients qui ont guéri du Covid-19, puisqu’il contient des anticorps dirigés contre le germe. Les anticorps générés par ces patients sont par la suite récupérés pour les perfuser aux autres malades, pour qu’ils puissent combattre le virus.

97 médicaments potentiellement efficaces

Le professeur Daniel Cohen, PDG de la société biopharmaceutique pharnext et pionnier de la génétique a déclaré avoir mis au point une liste de 97 médicaments potentiellement efficaces contre le nouveau coronavirus. Dans un entretien accordé au Parisien, il explique qu’il n’est “pas forcément utile de développer de nouveaux médicaments car ceux qui existent peuvent traiter des maladies très différentes.” C’est ce qu’on appelle le repositionnement de médicament.

Plutôt que de chercher une nouvelle molécule, ce qui prendrait des années, ou un vaccin, ce qui prendrait au moins 18 mois, il vaut mieux s’intéresser aux médicaments déjà à disposition, “c’est primordial” dit-il. Parmi cette liste de 97 médicaments, quatre sont en cours d’essais cliniques comme la chloroquine et l’azithromycine. Des médicaments utilisés contre l’hypertension et le diabète font également parti de cette liste et vont être testés. Daniel Cohen tient à rappeler que ces médicaments ne sont pas forcément efficaces, mais il veut informer les chercheurs que leurs molécules peuvent être intéressantes.

D’autres pistes aux États-Unis

À partir du génome du Covid-19, des chercheurs américains ont cartographié des interactions différentes entre les protéines virales et humaines. Le résultat est encore en cours de validation pour publication, comme le souligne Sciences et avenir. Des protéines ciblés parmi 69 médicaments existants parmi lesquels l’halopéridol, utilisé pour traiter la schizophrénie, et la metformine, utilisée par les personnes atteintes de diabète de type 2.

Yahoo Actualités 25 mars 2020

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here